Considérée à tort comme une maladie infantile bénigne, la rougeole peut être à l’origine de complications graves. Les formes les plus sévères qui atteignent les poumons et le cerveau, sont fréquentes chez les enfants de moins de un an et chez les adultes de plus de 20 ans.

Aujourd'hui pourtant le pourcentage de la population française vaccinée contre la rougeole n’est pas assez élevé pour protéger l’ensemble de la population. C’est en partie ce qui explique la recrudescence de cette maladie. Pour bien faire il serait nécessaire d'atteindre une couverture vaccinale de 95 % pour permettre l’arrêt de la propagation de ce virus.

Il faut savoir que le vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) est bien toléré et accessible à tous. Il concerne les nourrissons, mais aussi les enfants et les jeunes adultes non vaccinés, jusqu'à 29 ans

L'objectif de cette semaine de la vaccination est de rappeler aux les Français l'importance de la vaccination. S'ils ont globalement une bonne perception de l’importance de la vaccination « être à jour dans ses vaccinations » n’arrive pourtant qu’en sixième position des mesures de prévention citées par les Français pour lutter contre les maladies infectieuses (derrière, par exemple, le « respect de l’hygiène des mains et du corps »).

Il est donc plus que jamais nécessaire de poursuivre le travail d’information et de prévention.

Les vaccins permettent de lutter contre un grand nombre de maladies infectieuses. Se faire vacciner sert à se protéger individuellement des maladies, mais c’est aussi un geste citoyen qui sert l’intérêt collectif : en améliorant la couverture vaccinale (c'est-à-dire le pourcentage de la population française vaccinée pour une maladie donnée) on évite la propagation des maladies et on réduit le risque d’épidémie

Pour plus d’informations : www.semaine-vaccination.fr