COVID-19 peut être transmis dans l’utérus, rapporte une étude

COVID-19 peut être transmis dans l'utérus, rapporte une étude

utérus

Crédits: CC0 Public Domain

Une petite fille au Texas – née prématurément d’une mère avec COVID-19 – est la preuve la plus forte à ce jour que la transmission intra-utérine (dans l’utérus) du syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2 (SRAS-CoV-2) peut se produire, rapporte Journal des maladies infectieuses pédiatriques, le journal officiel de la Société européenne des maladies infectieuses pédiatriques.

Les résultats « suggèrent in utero transmission « de COVID-19 d’une mère infectée à son nourrisson, selon le rapport de cas de Julide Sisman, MD, et ses collègues de l’Université du Texas Southwestern Medical Center, Dallas.

« De nombreux nourrissons ont maintenant été livrés à des femmes enceintes diagnostiquées avec le SRAS-CoV-2, avec la majorité de ces nourrissons sans maladie respiratoire ou preuve moléculaire positive pour le SRAS-CoV-2 », commente Amanda S. Evans, MD, l’une des auteurs principaux de la nouvelle étude. « Notre étude est la première à documenter la transmission intra-utérine de l’infection pendant la grossesse, sur la base de preuves immunohistochimiques et ultrastructurales d’infection par le SRAS-CoV-2 dans les cellules fœtales du placenta. »

Première transmission intra-utérine documentée de COVID-19

Les auteurs rapportent un bébé accouché à une mère diagnostiquée avec COVID-19, qui souffrait également de diabète de type 2. L’enfant est né à 34 semaines de gestation après que la mère eut eu une rupture prématurée des membranes. Le bébé est né « grand pour l’âge gestationnel » (LGA) – une complication importante chez les nourrissons de mères diabétiques. Elle a été traitée aux soins intensifs néonatals en raison de la prématurité et d’une possible exposition au SRAS-CoV-2.

Le nourrisson semblait initialement en bonne santé, avec une respiration normale et d’autres signes vitaux. Le deuxième jour de sa vie, elle a développé de la fièvre et des problèmes respiratoires relativement légers. « Il est peu probable que la détresse respiratoire observée chez ce nourrisson soit due à la prématurité, car elle n’a commencé que le deuxième jour de la vie », écrivent les chercheurs.

Le bébé a été testé positif à l’infection par le SRAS-CoV-2 24 et 48 heures après la naissance. Elle a été traitée avec de l’oxygène supplémentaire pendant plusieurs jours mais n’a pas eu besoin de ventilation mécanique. Les tests COVID-19 sont restés positifs jusqu’à 14 jours. À 21 jours, la mère et l’enfant ont été renvoyés chez eux en bon état.

Les chercheurs ont examiné le placenta, qui présentait des signes d’inflammation tissulaire. De plus, des tests spécialisés ont documenté la présence de particules de coronavirus ainsi que d’une protéine (protéine nucléocapside SARS-CoV-2) spécifique du virus COVID-19 dans les cellules fœtales du placenta. Ensemble, ces résultats ont confirmé que l’infection a été transmise dans l’utérus, plutôt que pendant ou après la naissance.

Bien que les données sur COVID-19 restent très limitées, «la transmission intra-utérine du SRAS-CoV-2 semble être un événement rare», concluent le Dr Sisman et ses collègues. Ils mettent en évidence plusieurs priorités urgentes pour de nouvelles recherches, y compris les mécanismes et les facteurs de risque de transmission in utero du SRAS-CoV-2 et les résultats du COVID-19 congénital chez les nourrissons.

«Nous voulions faire très attention à notre interprétation de ces données, mais le moment est encore plus important pour les femmes enceintes de se protéger du COVID-19», commente le Dr Evans. Elle ajoute: « Le CDC a des conseils réfléchis sur les moyens de réduire le risque d’infection. » (Voir https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/need-extra-precautions/pregnancy-breastfeeding.html)

Deux rapports de cas supplémentaires PIDJ décrivent également la transmission «verticale» du SRAS-Co-V2 de la mère au nourrisson se produisant dans différentes circonstances. Ensemble, les trois cas mettent en évidence la distinction importante mais difficile entre la transmission du virus se produisant avant ou pendant / après l’accouchement (intra-utérin contre intrapartum), selon un commentaire dirigé par George K. Siberry, MD, de l’Agence américaine pour le développement international et chef associé Éditeur de PIDJ. Le Dr Siberry et ses coauteurs écrivent: « Comme ces cas l’illustrent, l’évaluation de l’infection verticale – et surtout intra-utérine – du SRAS-CoV-2 peut être difficile, et l’évaluation est souvent limitée par le manque de tests optimaux d’échantillons appropriés obtenus à des moments précis.


Suivez l’actualité de l’épidémie de coronavirus (COVID-19)


Plus d’information:
Julide Sisman et al, TRANSMISSION INTRAUTERINE D’INFECTION PAR LE SRAS-COV-2 CHEZ UN ENFANT PRÉMATURÉ, Journal des maladies infectieuses pédiatriques (2020). DOI: 10.1097 / INF.0000000000002815

Fourni par Wolters Kluwer Health

Citation: COVID-19 peut être transmis dans l’utérus, rapports d’étude (2020, 10 juillet) récupérés le 12 juillet 2020 sur https://medicalxpress.com/news/2020-07-covid-transmitted-womb.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. Hormis toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.