Le gouvernement approuve le décret afin d’imposer des restrictions en raison de la pandémie | Politique

El Govern aprueba el decreto para poder imponer restricciones por la pandemia

Le gouverneur de Quim Torra a approuvé ce lundi soir, lors d’une réunion extraordinaire, un décret-loi qui permet à l’autorité sanitaire, en cas de pandémie, d’imposer des restrictions à l’activité ou à la circulation des personnes.

Le président de la Generalitat, Quim Torra, a rencontré cet après-midi son gouverneur pour approuver ce décret-loi, afin de permettre la détention de Lleida et ainsi contourner le veto du juge, qui avait empêché de confiner cette zone en la considérant comme une mesure « disproportionnée » et « aveugle ».

Enfin, le gouvernement a approuvé le décret-loi modifiant la loi 18/2009 sur la santé publique et les mesures urgentes contre le risque de flambées de coronavirus.

Le décret-loi, tel que rapporté par la Generalitat dans un communiqué, « habilite l’autorité sanitaire à ce que, dans les situations de pandémie ou d’épidémie déclarées par les autorités compétentes, elle puisse adopter des mesures pour limiter l’activité, le déplacement de personnes et la prestation de services dans certaines zones territoriales « .

Pour adopter ces restrictions, il faudra émettre un rapport des autorités sanitaires qui visera à prouver le risque actuel de contagion, la situation de lutte contre la pandémie et l’adéquation des mesures.

La résolution émise doit indiquer expressément l’existence ou non du maintien des services essentiels et précisera la durée des mesures, qui « ne doit en principe pas dépasser 15 jours », sauf si un délai plus long est justifié.

Avec ce décret-loi, le gouvernement entend renforcer la sécurité juridique des décisions qu’il prend dans des cas tels que l’isolement de la zone de Lleida, « malgré le fait que ni dans l’enceinte de Conca d’Òdena ni dans d’autres cas de communautés autonomes dans le Un État qui a pris des mesures similaires n’a pas été requis par un juge. « 

« Même en Galice et au Pays basque, les droits fondamentaux, tels que le droit de vote, ont été restreints, sans qu’aucun juge n’ait dicté que pour ce faire, il est nécessaire de déclarer à nouveau l’état d’alarme », affirme la Generalitat.

Demain, mardi, le gouvernement adoptera une résolution contenant des mesures spécifiques pour la région de Lleida de Segrià et une nouvelle autorisation judiciaire sera demandée au tribunal administratif de Lleida pour accorder une protection juridique aux mesures adoptées.