Les microplastiques du trafic routier inondent les océans du monde: étude

Les microplastiques du trafic routier inondent les océans du monde: étude

Alors que la production mondiale de plastique continue d'augmenter, l'étude est la première tentative de quantifier la quantité de plastique des véhicules routiers

Alors que la production mondiale de plastique continue d’augmenter, l’étude est la première tentative de quantifier la quantité de plastique des pneus et des plaquettes de frein des véhicules routiers qui est dispersée et déposée par les courants d’air.

Les microplastiques en suspension dans l’air provenant de la pollution du trafic pourraient pénétrer dans les océans du monde à un rythme similaire à celui des rivières, selon de nouvelles recherches mardi avertissant que les particules peuvent également accélérer la fonte des glaces de l’Arctique.


Alors que la production mondiale de plastique continue d’augmenter, l’étude est la première tentative de quantifier la quantité de plastique des pneus et des plaquettes de frein des véhicules routiers qui est dispersée et déposée par les courants d’air.

Des microplastiques – de minuscules particules produites lorsque de gros morceaux de plastique se décomposent ainsi que des microfibres de vêtements et d’autres matériaux – ont été trouvés au sommet de certains des glaciers les plus élevés de la Terre et au fond de ses tranchées les plus profondes.

Des chercheurs en Norvège et en Autriche ont pris des données sur la quantité de microplastiques produits par le transport routier et les ont combinés avec des simulations de l’endroit où ils pourraient être transportés par les courants de vent.

Ils ont découvert qu’environ un tiers de tous les microplastiques routiers – environ 50 000 tonnes – finissent dans les océans du monde chaque année.

La fourchette estimée de 40 000 à 100 000 tonnes de microplastique aérien se compare aux 65 000 tonnes déposées dans l’océan par les rivières chaque année.

« Le transport atmosphérique – une source sous-estimée ou même négligée – a le même impact sur la pollution microplastique dans l’océan que le transport fluvial », a expliqué à l’AFP Nikolaos Evangeliou, du Norwegian Institute for Air Research et auteur principal de l’étude.

Il a déclaré que les microplastiques avaient déjà un impact sur la santé humaine et animale car ils sont capables d’absorber les composés organiques et les métaux lourds toxiques, qui sont ensuite ingérés et pénètrent dans la chaîne alimentaire.

La plupart des émissions de plastique provenant du trafic routier sont produites dans des régions lourdes de véhicules comme l’Amérique du Nord, l’Europe du Nord et l’Asie du Sud-Est.

Menace à long terme

Evangeliou et son équipe ont découvert que lorsqu’ils simulaient où ces émissions étaient transportées par les conditions météorologiques mondiales, une quantité importante finissait probablement dans l’Arctique.

Compte tenu de la couleur sombre des particules de plastique, qui absorbe davantage de chaleur solaire, ils ont déclaré que la pollution pourrait affecter le taux de fonte des glaces.

« Ces petites particules peuvent agir comme des impuretés absorbant la lumière lorsqu’elles sont déposées sur des surfaces de neige et de glace, ce qui diminue la surface (réflexion de la chaleur) et accélère la fonte », a déclaré Evangeliou.

Alors que plusieurs pays promettaient de mettre fin à la production de véhicules à essence et diesel dans les décennies à venir, le document publié dans Communications Nature a suggéré que les émissions de plastique des routes continueraient de poser une menace environnementale croissante, car les pneus et les freins seraient probablement les mêmes, même sur les modèles électriques.

« L’impact environnemental des microplastiques routiers, car ils sont dérivés de matériaux fabriqués à partir de combustibles fossiles tels que l’éthylène et le propylène », a déclaré Evangeliou.

« Ainsi, le besoin accru de plastiques entraîne une augmentation des émissions de gaz à effet de serre. »


La pollution microplastique s’accumule fortement dans les zones côtières telles que les fjords et les estuaires


© 2020 AFP

Citation: Les microplastiques du trafic routier inondent les océans du monde: étude (2020, 14 juillet) récupérée le 14 juillet 2020 sur https://phys.org/news/2020-07-road-traffic-microplastics-world-oceans.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. Hormis toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.