Max Brooks: « J’écris pour m’entraîner et éduquer par le divertissement » | Culture et divertissement

| |

14 ans après « World War Z », l’écrivain américain Max Brooks revient avec l’intention de « former et éduquer par le divertissement » avec le roman « Involution », une histoire d’horreur écologique et sociologique où il critique « l’incapacité de adaptation « de l’être humain.

Et il le fait parce que, selon ce qu’il a dit lors d’une conférence de presse virtuelle depuis son domicile en Californie, il est un expert de la nécessité de s’adapter, car enfant, il souffrait de dyslexie, et sans l’aide de sa mère, l’actrice Anne Bancroft, et les enseignements qu’il a trouvés dans les travaux de son écrivain « enseignant » Tom Clancy, ne seraient pas l’écrivain qu’il est « aujourd’hui ».

Précédent

HCQ pendant la grossesse peut empêcher un bloc cardiaque congénital

Ce que COVID-19 peut enseigner au tourisme sur la crise climatique

Suivant

Laisser un commentaire