Mal dormir et genre, une étude révèle l’impact accru des troubles du sommeil chez les femmes

  Les troubles du sommeil en hausse chez les Français, surtout chez les femmes

© Actualites-Sante.com - Mal dormir et genre, une étude révèle l’impact accru des troubles du sommeil chez les femmes

Un phénomène préoccupant qui touche une majorité de la population #

Une étude récente publiée par l’Ifop met en évidence que le pourcentage de Français souffrant de mauvaises nuits a augmenté considérablement en cinq ans. Sept personnes sur dix rencontrent des problèmes de sommeil le soir, un chiffre jamais atteint auparavant. Il y a eu une augmentation très significative en seulement cinq ans : +21 points. Le graphique ci-dessous montre la proportion croissante de 18-75 ans ayant des troubles du sommeil.

Les femmes sont davantage touchées #

Les résultats sont encore plus inquiétants pour les femmes : 77% d’entre elles souffrent de troubles du sommeil, sachant que cette catégorie de la population subit déjà une charge psychologique importante. Mireille Barreau, sophrologue marseillaise et auteure du livre « Destination Sommeil : mettre fin à l’insomnie et retrouver le plaisir de dormir » distingue les troubles du sommeil occasionnels et chroniques. Un trouble est considéré comme chronique lorsqu’il survient plusieurs fois par semaine, lorsque s’endormir prend plus de 30 minutes, lorsque la nuit est fragmentée et que l’on dort mais ne se sent pas reposé.

L’impact du manque de sommeil sur la santé #

En tant que membre de la Société française de recherche et de médecine sur le sommeil, Barreau cite une étude de 2019 sur le temps de sommeil des Français. Pour la première fois depuis l’observation épidémiologique du sommeil en France, la durée moyenne de sommeil nocturne est inférieure à sept heures. En moyenne, les individus âgés entre 18 et 75 ans dorment six heures et trente-quatre minutes chaque nuit en semaine ; plus d’un tiers des Français dorment moins de six heures par nuit.

À lire Selon une experte, ces 5 conseils alimentaires optimisent sommeil, gestion du stress et vitalité

Il est à ce stade que les problèmes de santé peuvent survenir, parfois même graves. « De nombreuses études épidémiologiques ont montré que dormir moins de six heures est associé à un risque accru d’obésité, de diabète de type 2, d’hypertension, de maladies cardiaques et d’accidents », indique le rapport. Dormir moins de six heures réduit également la vigilance diurne, augmente l’irritabilité et perturbe les relations familiales ainsi que la qualité de vie et de travail.

Des besoins de sommeil différents selon les individus #

Mireille Barreau souligne un autre aspect important : chaque personne a une génétique différente et donc des besoins en sommeil différents. Si vous êtes quelqu’un qui a besoin de plus de sommeil et que vous avez tendance à être associé à la paresse, rassurez-vous : nous avons tendance à stigmatiser ces personnes. Certains s’endorment rapidement tandis que d’autres mettent deux heures à trouver le sommeil.

Après une semaine éprouvante, beaucoup de gens pensent que tout peut être résolu grâce à une bonne nuit de sommeil, en dormant tard le samedi matin ou en faisant une longue sieste. « Cela peut aider à récupérer partiellement », explique Mireille Barreau. Durant la nuit, le corps a des tâches spécifiques à accomplir comme la régénération cellulaire, la régulation hormonale et la réparation du système immunitaire. Si nous réduisons le temps de sommeil : ces tâches sont réalisées moins efficacement.

L’importance du sommeil REM pour la santé mentale et physique #

Pour simplifier, durant la première partie de la nuit, le corps se charge de réparer les composants principaux; vers la fin de la nuit, c’est le sommeil paradoxal (ou sommeil REM) qui entre en scène, responsable de « petits réglages » : il fournit des ressources pour la créativité, régule notre capacité à reconnaître les émotions chez autrui, gère les niveaux de stress et nous prépare aux situations importantes – il a de nombreuses vertus.

À lire Liens entre AVC et sommeil perturbé, des chercheurs alertent sur un danger accru

Malheureusement, beaucoup d’individus n’accèdent pas à ce stade du sommeil REM. « Préserver le sommeil pour toute population travaillant étroitement avec d’autres personnes dans des rôles de soins est primordial », affirme Mireille Barreau, spécialiste du sommeil.

Consulter Masquer le sommaire

Actualites-Sante.com est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Vous êtes ici : Actualités / Mal dormir et genre, une étude révèle l’impact accru des troubles du sommeil chez les femmes