Révéler les agro-industries pourries du Brésil

À la suite de rapports selon lesquels le taux de déforestation actuel du Brésil – 1 million d’hectares – est le plus élevé d’une décennie, une étude évaluée par des pairs publiée dans Science constate aujourd’hui que 18 à 22%, et peut-être plus, des exportations annuelles du Brésil vers l’Union européenne sont potentiellement contaminés par la déforestation illégale, tout en identifiant pour la première fois les producteurs spécifiques de soja au Brésil responsables « d’empoisonner le baril ». Dévoilant ces «mauvaises pommes» parmi les producteurs de soja et de bœuf, mais révélant également qu’une grande majorité – quelque 80% des agriculteurs du pays – respectent la loi du Code forestier, l’étude suggère que la production agricole brésilienne sans déforestation est à portée de main, si les dirigeants acte.


« Jusqu’à présent, l’agroalimentaire et le gouvernement brésilien ont affirmé qu’ils ne pouvaient pas surveiller l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, ni distinguer le déboisement légal du déboisement illégal », a déclaré Raoni Rajão, professeur à l’Universidade Federal de Minas Gerais (UFMG) à Belo Horizonte, Brésil, et le principal auteur de The Rotten Apples of Brazil’s Agribusiness. « Plus maintenant. Nous avons utilisé des cartes et des données disponibles gratuitement pour révéler les agriculteurs et les éleveurs spécifiques qui défrichent les forêts pour produire du soja et du bœuf à destination de l’Europe. Maintenant, le Brésil dispose des informations dont il a besoin pour prendre des mesures rapides et décisives contre ces contrevenants à veiller à ce que ses exportations soient exemptes de déforestation. Appeler la situation désespérée n’est plus une excuse. « 

Les 12 chercheurs du Brésil, d’Allemagne et des États-Unis qui ont écrit l’étude ont développé un logiciel puissant pour analyser 815 000 propriétés rurales individuelles afin d’évaluer où la déforestation illégale associée à la production de soja et de bœuf a lieu et quelle quantité de ces produits atteint le UE. L’article estime également les émissions de gaz à effet de serre dues à la déforestation liées aux exportations de soja et de bœuf, soulignant les responsabilités partagées des acheteurs internationaux.

Le problème du commerce

Les conclusions de l’article interviennent à un moment de transformation de l’histoire du bassin amazonien, dont la plupart se trouvent sur le territoire national du Brésil. Dirigée par le président Jair Bolsonaro, qui est arrivé au pouvoir en janvier 2019, la nouvelle administration a encouragé la coupe à blanc des forêts sur les propriétés privées et les terres publiques – au mépris de la loi brésilienne sur le code forestier et de l’accord sur le moratoire sur le soja, qui interdit le défrichage de forêts pour la production de soja. Le gouvernement a également démantelé une série de protections environnementales destinées à mettre un terme à la déforestation illégale dans les unités de conservation et les terres des peuples autochtones, ardents protecteurs des forêts du pays.

Les acheteurs internationaux de produits agricoles brésiliens ont longtemps exprimé leur inquiétude quant à la possibilité que des produits contaminés par la déforestation atteignent leur pays. Les dirigeants de l’UE ont également ouvertement critiqué le gouvernement brésilien, renforçant les demandes de boycott des produits brésiliens en réponse aux incendies de forêt qui ont ravagé le pays en août 2019.

« Frappées par les impacts des signaux politiques encourageant le défrichement des forêts, principalement pour l’accaparement des terres, les forêts du Brésil sont à un point de rupture », a déclaré le professeur Britaldo Soares-Filho, co-auteur également de l’UFMG. «Il est essentiel que l’Europe utilise sa puissance commerciale et son pouvoir d’achat pour aider à faire reculer ce démantèlement tragique de la protection de l’environnement au Brésil, qui a des implications pour le climat mondial, les populations locales et les précieux services écosystémiques du pays. Avec cette recherche, les décideurs politiques à Bruxelles ont enfin disposer des informations dont ils ont besoin pour évaluer l’ampleur du problème dans les secteurs brésiliens du soja et de la viande bovine. Il est temps pour eux d’agir. « 

L’Union européenne a élaboré un plan pour mettre en place des politiques interdisant l’importation de produits issus de la déforestation illégale, et elle négocie également un accord commercial lucratif avec le Mercosur, un bloc de pays d’Amérique du Sud qui comprend le Brésil. Bien que cet accord fasse l’objet d’un examen de plus en plus minutieux en Europe, avec des appels à des négociations supplémentaires pour ajouter des protections pour les forêts et les droits, les relations de l’UE avec le Brésil le mettent en mesure d’aider le pays à mettre fin à la déforestation illégale. Les éléments de preuve présentés dans le rapport montrent clairement où les efforts doivent être dirigés.

« En ce moment, l’application par le Brésil de ses propres lois de protection des forêts n’est pas assez forte pour garantir le respect des normes environnementales strictes de l’Union européenne pour les partenaires commerciaux », a déclaré le Dr Felipe Nunes de l’UFMG. « Mais si le Brésil est sérieux quant à ses ambitions commerciales, il peut unir ses forces à celles de l’UE pour utiliser ses propres outils disponibles, tels que la RCA (le registre environnemental en ligne du pays) pour mettre fin à la déforestation illégale liée aux chaînes d’approvisionnement du soja et du bœuf. Le Brésil a déjà a les moyens. Il suffit de la volonté politique. « 

Soja contaminé et boeuf contaminé

L’article constate que les producteurs de 45% des propriétés rurales d’Amazonie et de 48% des propriétés rurales de Cerrado qui fournissent du soja et du bœuf pour les exportations ne respectent pas les limites de déforestation établies dans le Code forestier du Brésil. Sur 53 000 propriétés produisant du soja dans les deux régions, 20% ont cultivé du soja sur des terres déboisées après 2008; les auteurs estiment que la moitié de ce soja a été produite sur des terres récemment déboisées illégalement.

Environ 41%, ou 13,6 millions de tonnes, des importations de soja de l’UE proviennent du Brésil chaque année. 69% viennent des régions de l’Amazonie et du Cerrado. Selon l’étude, environ deux millions de tonnes de soja cultivées sur des propriétés avec déforestation illégale pourraient avoir atteint les marchés de l’UE chaque année au cours de la période d’analyse, dont 500 000 provenaient d’Amazonie. Dans la plupart des cas, les zones récemment nettoyées ne sont pas utilisées pour cultiver du soja afin de se conformer aux règles des moratoires. Mais cela n’a pas empêché les fermes de soja de défricher illégalement leurs terres pour les pâturages et autres cultures.

En ce qui concerne le bœuf, l’UE importe environ 189 000 tonnes métriques par an. Les auteurs ont constaté que sur un total de 4,1 millions de têtes échangées vers des abattoirs, au moins 500 000 têtes proviennent directement de propriétés qui pourraient avoir déboisé illégalement. Cela représente 2% de la viande bovine produite en Amazonie et 13% dans le Cerrado. Mais le plus gros problème réside dans les fournisseurs indirects de bovins qui fournissent des bouvillons aux opérations d’engraissement et ne sont pas surveillés par les grands abattoirs ni par le gouvernement. En analysant les flux de bétail entre les ranchs, l’étude estime qu’environ 60% de la tête abattue aurait pu être potentiellement contaminée par la déforestation illégale (44% en Amazonie et 66% dans le Cerrado) à un moment donné de la chaîne d’approvisionnement.

Surge de soja

Le Brésil est le premier producteur mondial de soja, suivi des États-Unis et de l’Argentine. L’étude révèle que la production de soja, principalement utilisée pour nourrir la viande et le bétail laitier, est en hausse à travers le pays. La production a plus que quadruplé au cours des deux dernières décennies et devrait augmenter d’un autre tiers au cours des 10 prochaines années, avec une augmentation des exportations de 42%.

Les éleveurs de porcs de l’UE, le plus grand exportateur de porc au monde, dépendent du soja brésilien, qui est également un ingrédient clé dans l’alimentation des poulets et autres animaux. La demande mondiale croissante de porc en provenance d’Asie et d’autres régions a fait augmenter la production, ce qui se traduit par une demande accrue de soja. Ce boom de la demande de soja a particulièrement touché la région de Cerrado. Connue pour sa riche biodiversité, la plus grande savane tropicale du monde a déjà perdu la moitié de sa végétation indigène.

Les ambitions de l’Europe sans déforestation

L’Union européenne est devenue un chef de file mondial dans le développement des efforts publics et privés pour assurer des importations sans déforestation de boeuf, de soja, de palmier, de bois et d’autres produits connus pour mettre en danger les forêts tropicales. Ces efforts, ainsi qu’une initiative de politique alimentaire visant à réduire le transport à longue distance des aliments pour animaux ou des produits agricoles, sont liés au Green Deal européen.

Il existe des appels au sein de l’UE pour réduire les importations de soja en provenance du Brésil; les propositions ont suggéré d’importer la récolte de producteurs géographiquement plus proches, tels que les États-Unis, ou même d’augmenter la production aux frontières de l’Union européenne. Cette approche découle de la stratégie de la ferme à la fourchette pour une alimentation durable, un élément clé de l’accord vert européen, qui vise à réduire considérablement les émissions de carbone de la production alimentaire.

L’opportunité du Brésil de diriger

Les chercheurs soutiennent que le Brésil pourrait développer un système transparent basé sur le Web en utilisant les informations publiques et les méthodes décrites dans leur étude pour suivre les producteurs qui défrichent illégalement les forêts de leurs propriétés. Les auteurs suggèrent que cette approche serait préférable aux systèmes privés actuels envisagés par l’UE, qui obligeraient les entreprises à se contrôler elles-mêmes ou à embaucher des tiers pour le faire – une approche coûteuse, souvent peu transparente, qui ne comprend que peu d’exploitations, et est sujette à des conflits d’intérêts.

« Le Brésil ne peut plus regarder ailleurs. Il appartient maintenant à ses dirigeants politiques et économiques de déraciner les mauvaises pommes dans les secteurs du soja et du bœuf », a déclaré le professeur Rajão. « Si nous le faisions, le Brésil pourrait devenir dans la pratique et pas seulement dans le discours une puissance environnementale mondiale qui protège ses écosystèmes, tout en nourrissant le monde. En collaboration avec un secteur agricole responsable, les gouvernements étatiques et nationaux peuvent lutter contre le changement climatique et protéger certaines des régions les plus riches en biodiversité du monde.  »


L’appétit mondial pour le bœuf et le soja alimente les incendies d’Amazon


Plus d’information:
R. Rajão el al., « Les pommes pourries de l’agro-industrie brésilienne », Science (2020). science.sciencemag.org/cgi/doi… 1126 / science.aba6646

Fourni par Universidade Federal de Minas Gerais

Citation: Révéler les agro-industries pourries du Brésil (2020, 16 juillet) récupéré le 16 juillet 2020 sur https://phys.org/news/2020-07-revealing-brazil-rotten-agribusinesses.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. Hormis toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.