Une étude montre que le SRAS-CoV-2, qui cause le COVID-19, n’est pas transmis par les moustiques

Une étude montre que le SRAS-CoV-2, qui cause le COVID-19, n'est pas transmis par les moustiques

Study shows SARS-CoV-2, which causes COVID-19, not transmitted by mosquitoes Une étude du Kansas State University Biosecurity Research Institute est la première à confirmer que le SRAS-CoV-2 ne peut pas être transmis aux humains par les moustiques. L’étude a été publiée par Rapports scientifiques sur la nature. Crédit: Kansas State University

Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de la Kansas State University est la première à confirmer que le SARS-CoV-2 ne peut pas être transmis à des personnes par des moustiques.

Stephen Higgs, vice-président associé pour la recherche et directeur de l’Institut de recherche en biosécurité de l’Université, ou BRI, ainsi que des collègues de la BRI et du College of Veterinary Medicine ont fait publier les résultats le 17 juillet par Rapports scientifiques sur la nature.

L’article, « L’échec du SARS-CoV-2 à infecter ou à se répliquer chez les moustiques: un défi extrême », détaille les résultats de l’étude, qui fournissent la première enquête expérimentale sur la capacité de SARS-CoV-2, le virus qui cause COVID-19 maladie, infecter et être transmis par les moustiques.

« Alors que l’Organisation mondiale de la santé a définitivement déclaré que les moustiques ne peuvent pas transmettre le virus, notre étude est la première à fournir des données concluantes à l’appui de la théorie », a déclaré Higgs, professeur de biosécurité à Peine et professeur distingué de médecine diagnostique et de pathobiologie à l’université.

L’étude, qui a été réalisée à la BRI, une installation de niveau de biosécurité 3, a finalement révélé que le virus est incapable de se répliquer dans trois espèces de moustiques communes et largement réparties – Aedes aegypti, Aedes albopictus et Culex quinquefasciatus – et ne peut donc pas être transmis aux humains.

« Je suis fier du travail que nous faisons à K-State pour en apprendre le plus possible sur cet agent pathogène et sur d’autres pathogènes dangereux », a déclaré Higgs. « Ce travail a été possible grâce aux capacités uniques de la BRI et du personnel dédié de la BRI et des institutions. »

Les collègues impliqués dans l’étude comprennent Yan-Jang Huang, professeur adjoint de recherche en médecine diagnostique et en pathobiologie; Dana Vanlandingham, professeur de médecine diagnostique et de pathobiologie; Ashley Bilyeu et Haelea Sharp, assistantes de recherche en médecine diagnostique et pathobiologie; et Susan Hettenbach, assistante de recherche à la BRI.

Des chercheurs de la BRI ont terminé quatre études supplémentaires sur le COVID-19 depuis mars et il s’agit de la première publication à comité de lecture basée sur des expériences sur le SARS-CoV-2 entièrement menées à K-State.

La recherche à l’Institut de recherche sur la biosécurité se poursuit avec d’autres agents pathogènes animaux qui peuvent être transmis des animaux aux humains, notamment la fièvre de la vallée du Rift et l’encéphalite japonaise, ainsi que les maladies qui pourraient dévaster l’approvisionnement alimentaire des États-Unis, comme la peste porcine africaine et la peste porcine classique. . La recherche a été financée en partie par le National Bio and Agro-Defense Facility Transition Fund fourni par l’État du Kansas.

«Nous avons un talent et des capacités remarquables au sein de notre centre de recherche et de formation à la BRI», a déclaré Peter Dorhout, vice-président de K-State pour la recherche. «Le BRI est l’une des installations d’ancrage essentielles dans le corridor du campus Nord, qui sert d’espace de recherche et de développement croissant pour les partenariats entre le secteur privé et les organismes gouvernementaux avec K-State.»


Les moustiques Culex ne transmettent pas le virus Zika, selon une étude


Plus d’information:
Huang, YS et coll. Échec du SRAS-CoV-2 à infecter ou à se répliquer chez les moustiques: un défi extrême. Rapports scientifiques sur la nature (2020). DOI: 10.1038 / s41598-020-68882-7

Fourni par la Kansas State University

Citation: Une étude montre le SRAS-CoV-2, qui provoque le COVID-19, non transmis par les moustiques (2020, 17 juillet) récupéré le 19 juillet 2020 sur https://medicalxpress.com/news/2020-07-sars-cov-covid- transmis-moustiques.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. Hormis toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.