400% d’infections hebdomadaires en plus un mois après l’état d’alarme | Société

Un 400 % más de contagios semanales un mes después del estado de alarma

Au total, 18564 personnes ont été infectées par le coronavirus depuis la fin de l’état d’alarme: dans le premier mois sans confinement, les infections hebdomadaires ont augmenté de près de 400% et les communautés autonomes tentent de ralentir l’avancée du virus avec des formules différentes lorsqu’elles sont utilisées. Espagne 201 foyers actifs.

Depuis le 21 juin, 99 personnes sont décédées des suites d’un coronavirus, 1154 ont dû être hospitalisées et 93 ont dû être admises en unité de soins intensifs.

En ce premier mois de «nouvelle normalité» au cours duquel la libre circulation des citoyens a été autorisée, les infections se sont multipliées et le virus a commencé à circuler plus rapidement, donnant même une transmission communautaire en Catalogne.

Le dimanche 21 juin, premier jour sans alarme, Health a rapporté que 141 personnes avaient reçu un diagnostic de covid-19 la veille, tandis que dans les sept jours précédents, 1668 avaient été testées positives, donc l’incidence cumulative, nombre de cas pour 100 000 habitants, s’établit à 3,55.

L’image diffère considérablement un mois plus tard.

Ce lundi, le ministère de Salvador Illa a précisé que 685 positifs avaient été diagnostiqués (385% de plus qu’au 21 juin) et que les cas détectés la semaine dernière s’élevaient à 8297 (397% de plus qu’un mois plus tôt). Le taux d’incidence est de 17,6 cas pour 100 000 habitants.

Le nombre d’hospitalisations au cours des 7 derniers jours est également plus élevé, 237, soit 139% de plus qu’il y a un mois, et le nombre d’admissions en USI la semaine dernière, qui a augmenté de 200%.

La nouvelle normalité a entraîné un assouplissement des mesures imposées lors de la désescalade, a permis la libre circulation entre les communautés autonomes et l’ouverture des frontières, d’abord dans la communauté, puis dans les pays hors de l’Union européenne.

Avec la mise en place de règles de base (utilisation d’un masque, distance de sécurité et habitudes d’hygiène des mains), la fin de l’état d’alarme a mis fin à près de cent jours de commandement unique du ministère de la Santé et transféré aux communautés autonomes la gestion des la pandémie sur leurs territoires.

La transmission du virus a augmenté dans la nouvelle normalité, mais certains changements ont également été observés chez les personnes touchées par l’infection: avec la fin des restrictions et des nouveaux comportements sociaux, l’âge des personnes infectées diminue et un pourcentage élevé d’infectés ils sont asymptomatiques (56,2%).

Selon le dernier rapport de l’Institut de santé Carlos III, avec des données relatives à la période du 10 mai au 15 juillet, l’âge médian des personnes infectées est de 48 ans, contre 60 ans dans la période qui court de mars à mai.

La tranche d’âge dans laquelle le nombre d’infections est le plus élevé est de 15 à 29 ans, près d’un nouveau cas sur cinq appartient à cette fourchette, alors que jusqu’en mai c’était celle des plus de 80 ans.

Au total, depuis le début de la pandémie, 264 836 infections ont été détectées en Espagne, 28 422 personnes sont décédées du coronavirus et 126 025 ont été hospitalisées, dont 11 730 ont nécessité une hospitalisation en USI.

PRÉOCCUPATION D’ARAGON ET DE CATALOGNE

Sur les 18 564 infections détectées depuis la fin de la détention, six sur dix sont survenues en Catalogne et en Aragon, les communautés actuellement les plus touchées par les flambées.

Le mois dernier, la Catalogne a ajouté 8 748 infections (47% du total) et l’Aragon, 2 599 (14%). Viennent ensuite Madrid avec 2 073 cas en un mois (11,1%) et l’Andalousie avec 1 080 (5,8%).

Le ministre de la Santé, Salvador Illa, a reconnu être « particulièrement » préoccupé par la situation en Aragon et en Catalogne.

Si l’on s’occupe des sept derniers jours, en Aragon 1664 cas ont été détectés (contre 91 le jour de la fin de l’état d’alarme, soit une augmentation de plus de 1700%) et en Catalogne, 3935 en Catalogne (contre 504 à partir du 21 juin, 680% de plus).

Ces chiffres représentent une incidence cumulée de 160 cas pour 100 000 habitants en Aragon et 51 en Catalogne.

Ceuta, Melilla et les Asturies sont les territoires où l’épidémie a eu le moins d’impact le mois dernier, avec respectivement 1, 5 et 10 infections.

À l’heure actuelle, en Espagne, il y a 201 foyers avec 2 289 cas, mais la plupart sont contrôlés ou en phase de contrôle.

Les flambées sont dans de nombreux cas liées aux travailleurs temporaires, mais celles associées à des fêtes et des célébrations dans les espaces de la vie nocturne, où les mesures de sécurité sont assouplies, représentent au moins 10 pour cent du total. Les vacances et les réunions de famille ont été des sources fréquentes de contagion de différentes flambées au cours du mois dernier.

DIFFÉRENTES RÉPONSES À L’ÉVOLUTION DE LA PANDÉMIE

Compte tenu de l’augmentation de la transmission du virus, les communautés autonomes mettent en œuvre différentes mesures dans le but de réduire les infections et de faire face aux épidémies.

Bien que les gouvernements autonomes puissent demander à l’exécutif central de décréter l’état d’alarme dans un territoire spécifique pour arrêter la pandémie, aucun ne l’a fait.

Au lieu de cela, ils ont opté pour une série de mesures allant de l’obligation du masque à la limitation des réunions de personnes, en passant par le confinement sélectif des bâtiments, l’interdiction de la vie nocturne ou des recommandations pour limiter les déplacements des citoyens.

Tous, à l’exception de Madrid et des îles Canaries, ont imposé l’utilisation obligatoire du masque.

Au cours de ce dernier mois, des confinements de périmètre ont été décrétés à A Mariña (Lugo) et Segrià (Lleida) – ce qui a empêché l’entrée et la sortie de ces territoires – et il y a également eu confinement de bâtiments ou de groupes de bâtiments à Santander, Valladolid. ou Albacete après des déclarations judiciaires.

En Catalogne, la communauté la plus touchée à l’heure actuelle, les réunions de plus de dix personnes ont été interdites à Lleida et dans la zone métropolitaine de Barcelone et dans les communes de Figueres et Vilafant à Gérone, zones dans lesquelles les citoyens ont été invités à ne partez pas de chez vous dans 15 jours sauf pour aller travailler et faire les courses indispensables.

Toujours en Aragon, les citoyens ont été invités à opter pour l’auto-confinement volontaire, et Saragosse et le reste des municipalités de la région centrale ainsi que quatre autres régions aragonaises et les villes de Huesca et Barbastro ont dû revenir à la phase 2 de la désescalade rendue flexible en raison des épidémies de coronavirus.

La Région de Murcie a interdit l’ouverture de lieux de vie nocturne et a limité à un maximum de 15 personnes pouvant se rassembler pour des événements de toutes sortes, qu’ils soient publics ou privés.

Parallèlement, au Pays basque, les quartiers municipaux ont été supprimés, les centres de jour pour personnes âgées ont été fermés et la restriction des sorties et visites aux personnes âgées dans les résidences.

Il y a plusieurs endroits où la bouteille a été interdite, dont le Pays Basque et la Galice.

Le ministre de la Santé a explicitement entériné la dizaine de mesures prises par les communautés pour contrôler les épidémies de coronavirus détectées ces dernières semaines et qui, a-t-il rappelé, ont été ratifiées par les autorités judiciaires.

Outre les appels à la population à être responsable et à se conformer aux mesures imposées, une grande partie de l’attention est portée sur le suivi des contacts positifs pour le coronavirus.

Les taux diffèrent fortement entre les régions autonomes: selon l’Institut de santé Carlos III, le nombre médian de traces est de 1 contact identifié pour chaque cas et varie de 0 en Catalogne et 1 à Madrid, Asturies et Castille-La Manche à 5 en Navarre, Andalousie et Estrémadure, 6 à Ceuta et 13 à Melilla.