Les maladies des gencives peuvent augmenter le risque de cancer gastrique et œsophagien.

Les maladies des gencives peuvent augmenter le risque de cancer gastrique et œsophagien.

Les gens qui ont maladie parodontale, appelée maladie des gencives, ils peuvent avoir un risque accru de développer certaines formes de Cancer, suggère une lettre publiée dans la revue «Gut» détaillant une étude prospective.

Des chercheurs américains ont découvert que des antécédents de maladie parodontale semblaient être associés à un risque accru de cancer de l’œsophage et cancer gastrique Et ce risque était également plus élevé chez les personnes qui avaient précédemment perdu des dents.

Les résultats antérieurs sur la relation entre la maladie parodontale et la perte de dents et le cancer de l’œsophage et de l’estomac n’étaient pas cohérents. Par conséquent, une équipe de chercheurs du École de santé publique Harvard TH Chan, aux États-Unis, il a mené une étude sur les données des patients sur des décennies de suivi.

Ils ont examiné l’association d’une histoire de maladie parodontale et de perte de dents avec le risque de cancer de l’œsophage et de l’estomac chez 98 459 femmes dans l’étude sur la santé des infirmières (1992-2014) et 49 685 hommes dans l’étude de suivi des professionnels de la santé (1988-2016). ).

Mesures dentaires, démographie, mode de vie et régime Ils ont été évalués à l’aide de questionnaires de suivi et le diagnostic de cancer autodéclaré a été confirmé après examen des dossiers médicaux.

Les résultats ont montré que pendant 22 à 28 ans de suivi, il y avait 199 cas de cancer de l’œsophage et 238 cas de cancer gastrique. Une histoire de maladie parodontale était associée à 43% et 52% de risque accru de cancer de l’œsophage et de cancer gastrique, respectivement.

Par rapport aux personnes sans perte de dents, les risques de cancer de l’œsophage et de l’estomac pour ceux qui ont perdu deux dents ou plus étaient également modérément plus élevés: 42% et 33%, respectivement.

De plus, chez les personnes ayant des antécédents de maladie parodontale, l’absence de perte de dents et la perte d’une ou plusieurs dents étaient également associées à un risque accru de 59% de cancer de l’œsophage par rapport à celles sans antécédents de maladie parodontale. et sans perte de dents. De même, le même groupe d’individus présentait un risque accru de cancer gastrique de 50% et 68%, respectivement.

Les auteurs soulignent les raisons possibles d’une association entre bactéries orales (microbiote oral) et le cancer de l’œsophage et de l’estomac, avec des preuves provenant d’autres études suggérant que la tannerella forsythia et le porphyromonas gingivalis, membres du «  complexe rouge  » des pathogènes parodontaux, étaient associés à la présence ou au risque de cancer de l’œsophage.

Une autre raison possible est que le mauvaise hygiène bucco-dentaire et la maladie parodontale pourrait favoriser la formation de nitrosamines endogènes qui sont connues pour provoquer un cancer gastrique par des bactéries réductrices de nitrate.

Il s’agissait d’une étude observationnelle, de sorte que des conclusions fermes sur les causes et les effets ne peuvent être tirées, et les chercheurs ne peuvent exclure la possibilité qu’une partie du risque observé puisse être due à d’autres facteurs non mesurés.

Cependant, ils concluent que « ensemble, ces données soutiennent l’importance du microbiome oral dans le cancer de l’oesophage et de l’estomac. D’autres études prospectives qui évaluent directement le microbiome oral sont justifiées pour identifier les bactéries orales spécifiques responsables de cette relation », suggèrent-ils. Les découvertes supplémentaires peuvent servir de marqueurs biologiques non invasifs facilement accessibles et aider à identifier les personnes à haut risque pour ces cancers. «