Cent des 135 cas aux îles Canaries sont des pateras, sans transmission à des tiers | Société

Cien de los 135 casos de Canarias son de pateras, sin transmisión a terceros

Cent des 135 cas de coronavirus enregistrés comme épidémies aux îles Canaries correspondent à des bateaux arrivés à Fuerteventura, Gran Canaria et Lanzarote au cours du dernier mois et demi, sans avoir détecté à ce jour que ses protagonistes ont infecté quiconque en dehors de ce cercle.

Selon les données fournies à Efe par le ministère de la Santé, les îles Canaries comptent 159 cas actifs de coronavirus, 135 d’entre eux classés comme des flambées, car ce sont trois individus positifs ou plus liés les uns aux autres.

Dans le cas des foyers, trois cas sur quatre (74%) sont positifs détectés parmi les occupants des bateaux arrivés sur les îles ou secourus dans leur environnement depuis juin.

Ce sont, dans tous les cas, des personnes qui ont été isolées et mises en quarantaine, avec leurs partenaires patera, à partir du moment où elles ont atterri aux îles Canaries et ont subi le test PCR.

Par îles, 85 de ces diagnostics correspondent à trois bateaux arrivés à Fuerteventura depuis El Aaiún, neuf à des bateaux interceptés à Lanzarote et six à un cayuco secouru à Gran Canaria arrivé ce dimanche de Mauritanie.

Selon les dernières données du ministère de l’Intérieur, jusqu’au 15 juillet, 2798 immigrés étaient arrivés aux Canaries par voie maritime, auxquels il faut ajouter les 260 secourus depuis cette date sur les îles de Gran Canaria, Fuerteventura et Tenerife (dans ce dernier cas aujourd’hui idem), ce qui fait un total de 3058.

Depuis le début du mois de juin (mois au cours duquel des «foyers» ont été détectés dans les bateaux, après des semaines de quelques cas lâches), 583 immigrants sont arrivés aux Canaries par voie maritime.

Aucun des 100 positifs diagnostiqués parmi les migrants n’a dépassé ce cercle, car il n’y a pas de contagions parmi les personnes qui les ont fréquentés (agents de santé, volontaires de la Croix-Rouge, équipage de Maritime Salvage, policiers ou membres d’autres organismes d’urgence) Département de la santé du gouvernement des îles Canaries.

Le reste des 35 cas classés comme des foyers aux îles Canaries sont répartis de cette manière: une épidémie importée du Mexique qui s’est propagée à douze personnes de Fuerteventura et Gran Canaria par un regroupement familial (12 cas), une épidémie de nature travail-famille en Tenerife (11 personnes) et des pousses plus petites à Gran Canaria et Tenerife.

Le gouvernement des îles Canaries a demandé au ministère de la Santé que les cas de brevets soient classés différemment des autres, car leurs protagonistes ont été identifiés, diagnostiqués et isolés dès leur arrivée sur les îles et il n’y a aucune trace de transmission à des tiers.