La transplantation rénale entre personnes vivant avec le VIH est sans danger, selon une étude

Deux études portent sur COVID-19 chez des patients ayant reçu une greffe de rein ou subissant une dialyse

un rein

Crédit: Domaine public Pixabay / CC0

La transplantation rénale de donneurs décédés séropositifs à des personnes vivant à la fois avec le VIH et une maladie rénale en phase terminale est faisable et sûre, ont constaté des chercheurs soutenus par les National Institutes of Health. Leur étude démontre que le pool de reins disponibles pour les personnes vivant avec le VIH peut être élargi en incluant les donneurs séropositifs, ce qui rend plus de reins disponibles pour tous ceux qui attendent une transplantation.

Les nouvelles découvertes s’appuient sur des recherches de 2019, lorsque des scientifiques de l’Université du Cap et des NIH ont rapporté que les personnes vivant avec le VIH qui avaient reçu des transplantations rénales de donneurs décédés atteints du VIH avaient une survie globale et une survie de greffe rénale élevées après cinq ans.

Les personnes vivant avec le VIH ont une prévalence croissante d’insuffisance rénale terminale et sont près de trois fois plus susceptibles de mourir en dialyse rénale que les personnes sans VIH. La transplantation rénale prolonge la vie des personnes séropositives et atteintes d’insuffisance rénale terminale, mais ces personnes sont confrontées à une pénurie de donneurs et à un accès limité aux reins des donneurs. La loi HOPE (HIV Organ Policy Equity), adoptée par le Congrès américain et promulguée en 2013, autorise les transplantations d’organes de donneurs séropositifs à des receveurs séropositifs dans le cadre d’études de recherche approuvées aux États-Unis. Les experts ont convenu que la transplantation rénale entre personnes séropositives élargirait le pool d’organes disponibles et sauverait des vies. Par conséquent, les chercheurs ont cherché à explorer la sécurité de cette pratique de transplantation innovante.

L’étude multicentrique a été menée par l’équipe HOPE in Action dirigée par Christine M. Durand, MD, professeur agrégé de médecine, et Dorry Segev, MD, professeur de chirurgie à l’Université Johns Hopkins de Baltimore. L’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) du NIH a financé l’étude avec le soutien supplémentaire du National Cancer Institute, également membre du NIH.

Entre mars 2016 et juillet 2019, les enquêteurs de 14 sites de recherche clinique ont recruté 75 adultes atteints d’insuffisance rénale terminale et de VIH dont le virus a été supprimé de manière fiable par un traitement anti-VIH. Vingt-cinq participants ont reçu des transplantations rénales de donneurs décédés séropositifs et 50 participants ont reçu des greffes rénales de donneurs décédés séropositifs. Ce dernier groupe comprenait 22 donneurs qui avaient subi des tests VIH faussement positifs, une autre nouvelle source d’organe qui a été un avantage inattendu de la loi HOPE.

Tous les participants ont survécu à la transplantation à un suivi médian de 1,4 an pour les receveurs de reins séropositifs et de 1,8 an pour les receveurs de reins séronégatifs. Un an après la transplantation, la survie globale du greffon était excellente et comparable entre les receveurs de reins séropositifs (91%) et les reins séronégatifs (92%). De plus, il n’y avait aucune différence dans les taux d’infections nécessitant une hospitalisation, d’événements indésirables graves (1,1 par personne et par an) ou de complications liées au VIH, qui étaient rares.

Le Dr Durand dirige également l’étude multicentrique sur les reins HOPE in Action, un essai clinique à grande échelle parrainé par le NIAID pour approfondir la sécurité de la transplantation rénale chez les personnes séropositives.


Des caractéristiques structurelles subtiles dans les reins donnés peuvent prédire le risque d’échec de la transplantation


Plus d’information:
Christine M. Durand et al, A Prospective Multicenter Pilot Study of HIV ‐ Positive Deceased Donor to HIV ‐ Positive Recipient Kidney Transplantation: HOPE in Action, Journal américain de transplantation (2020). DOI: 10.1111 / ajt.16205

Fourni par NIH / Institut national des allergies et des maladies infectieuses

Citation: La transplantation rénale entre personnes vivant avec le VIH est sans danger, selon une étude (23 juillet 2020) extraite le 23 juillet 2020 de https://medicalxpress.com/news/2020-07-kidney-transplantation-people-hiv-safe.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.