L’utilisation fréquente des médias sociaux influence les symptômes dépressifs au fil du temps chez les jeunes LGBTQ

par Edward R. Murrow College of Communication

Une utilisation fréquente des médias sociaux peut avoir un impact sur les symptômes dépressifs au fil du temps pour les jeunes LGBTQ, selon une recherche d’un professeur de communication de l’Université de l’État de Washington.

Traci Gillig, professeure adjointe au Edward R. Murrow College of Communication de l’Université de l’État de Washington, a découvert que lorsque les adolescents LGBTQ participaient à un camp d’été sans médias sociaux, ils ressentaient une réduction des symptômes dépressifs, comme indiqué dans sa recherche de 2020 « Longitudinal analyse des symptômes dépressifs chez les jeunes LGBTQ dans un camp sans médias sociaux « .

Selon Gillig, l’utilisation des médias sociaux peut favoriser un sentiment positif de soi et une perception d’être valorisé dans une société ou une communauté, ou elle peut faire le contraire, ce qui peut affecter le bien-être psychologique des adolescents. Les jeunes présentant des symptômes émotionnels ou psychologiques plus négatifs courent un risque plus élevé que leurs pairs de développer des modèles d’engagement en ligne problématiques pour tenter de soulager la détresse psychologique, ce qui peut conduire à des modèles d’utilisation problématiques pour certains.

Des recherches antérieures révèlent que près de la moitié des jeunes (42%) rapportent que les médias sociaux ont empêché le temps en personne et en face à face avec des amis à l’ère numérique d’aujourd’hui. Beaucoup font également état d’un sentiment d’exclusion sociale, qui est communément appelé aujourd’hui le terme FOMO (c’est-à-dire «peur de passer à côté»).

Dans l’étude récemment publiée par Gillig, les jeunes LGBTQ âgés de 12 à 18 ans ont été interrogés avant et après avoir participé à un camp d’été de leadership sans médias sociaux pour les jeunes LGBTQ. Les questions du sondage portaient sur la relation entre l’utilisation des médias sociaux par les jeunes avant le camp et les changements dans leurs symptômes dépressifs pendant le programme.

Lors de l’examen du rôle de l’utilisation des médias sociaux dans l’évolution des symptômes dépressifs au fil du temps, des résultats significatifs ont émergé. Avant d’assister au camp, le nombre moyen d’heures que les participants consacraient chaque jour aux médias sociaux était d’environ quatre heures et les symptômes dépressifs parmi les participants étaient modérés. À la fin du camp sans médias sociaux, les symptômes dépressifs ont diminué d’environ la moitié.

Les jeunes ayant les niveaux les plus élevés d’utilisation des médias sociaux avant le camp avaient tendance à ressentir une réduction plus «générale» des symptômes dépressifs. Gillig pense que cela peut être attribué au cadre social et affirmatif du camp qui a pu répondre à un besoin critique d’interaction sociale pour les utilisateurs de médias sociaux à haut volume.

Ces résultats mettent en évidence l’influence positive d’une «pause dans les médias sociaux» dans un environnement favorable sur la santé mentale, en particulier pour les jeunes LGBTQ. Ils démontrent également la valeur des interactions en face à face et combien de jeunes peuvent ne pas être conscients des avantages psychologiques qu’ils pourraient ressentir en échangeant du temps sur les réseaux sociaux contre des interactions en face à face dans des contextes de soutien.

Les interactions en face à face peuvent être encore plus bénéfiques pour les groupes marginalisés, y compris les adolescents LGBTQ, qui peuvent ne pas avoir accès à des contacts de soutien au sein de leur communauté locale. Affirmer des programmes qui réunissent les jeunes LGBTQ pour le développement de relations en personne, comme des camps pour personnes LGBTQ, semble prometteur pour améliorer les trajectoires de santé mentale des jeunes.

Gillig espère que d’autres chercheurs continueront de tester les relations entre l’utilisation des médias sociaux et la détresse psychologique, en particulier son impact sur la santé mentale des jeunes LGBTQ au fil du temps. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour aider les praticiens à faire des recommandations éclairées aux jeunes LGBTQ en détresse et à leurs parents sur la question de savoir si les jeunes peuvent bénéficier du simple fait de se déconnecter des médias sociaux ou de se débrancher dans le contexte d’une programmation affirmant les LGBTQ.


L’intimidation est un facteur commun dans les suicides chez les jeunes LGBTQ, selon une étude


Plus d’information:
Traci K. Gillig, Analyse longitudinale des symptômes dépressifs chez les jeunes LGBTQ dans un camp sans médias sociaux, Journal of Gay & Lesbian Mental Health (2020). DOI: 10.1080 / 19359705.2020.1789018

Fourni par Edward R. Murrow College of Communication

Citation: L’utilisation fréquente des médias sociaux influence les symptômes dépressifs au fil du temps chez les jeunes LGBTQ (23 juillet 2020) récupéré le 24 juillet 2020 sur https://medicalxpress.com/news/2020-07-frequent-social-media-depressive-symptoms.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.