Ne blâmez pas les chats pour avoir détruit la faune – la logique fragile mène à la panique morale

Ne blâmez pas les chats pour avoir détruit la faune - la logique fragile mène à la panique morale

par William S. Lynn, Arian Wallach et Francisco J. Santiago-Ávila, The Conversation

Un certain nombre de défenseurs de l’environnement affirment que les chats sont une apocalypse zombie pour la biodiversité qui doivent être retirés de l’extérieur par «tous les moyens nécessaires» – langage codé pour tirer, piéger et empoisonner. Divers médias ont dépeint les chats comme des superprédateurs meurtriers. L’Australie a même déclaré une «guerre» officielle contre les chats.


Des paniques morales surgissent lorsque les gens perçoivent une menace existentielle pour eux-mêmes, la société ou l’environnement. Lorsqu’elle est en proie à une panique morale, la capacité de penser clairement et d’agir de manière responsable est compromise. Bien que la panique morale à l’égard des chats découle de préoccupations valables concernant les menaces pesant sur les espèces indigènes, elle obscurcit le véritable moteur: le traitement exploitant par l’humanité du monde naturel. Surtout, les erreurs de raisonnement scientifique sous-tendent également cette fausse crise.

L’affaire (fragile) contre les chats

Les écologistes et les médias affirment souvent que les chats sont le principal contributeur à une extinction de masse, une perte catastrophique d’espèces due aux activités humaines, comme la dégradation de l’habitat et le meurtre de la faune.

En tant qu’équipe interdisciplinaire de scientifiques et d’éthiciens qui étudient les animaux en conservation, nous avons examiné cette affirmation et l’avons trouvée insuffisante. Il est vrai que comme tout autre prédateur, les chats peuvent supprimer les populations de leurs proies. Pourtant, l’étendue de cet effet est complexe d’un point de vue écologique.

L’impact potentiel des chats diffère entre les environnements urbains, les petites îles et les déserts éloignés. Lorsque les humains dénudent des régions de végétation, les petits animaux sont particulièrement exposés aux chats car ils n’ont aucun abri pour se cacher.

Les petits animaux sont également vulnérables lorsque les humains tuent des prédateurs apex qui normalement supprimeraient les densités et l’activité des chats. Par exemple, aux États-Unis, les chats sont un repas préféré des coyotes urbains, qui modèrent l’impact félin; et en Australie, les dingos chassent les chats sauvages, ce qui soulage la pression sur les petits animaux indigènes.

Ajoutez des preuves contraires et le cas contre les chats devient encore plus instable. Par exemple, dans certains contextes écologiques, les chats contribuent à la conservation des oiseaux en voie de disparition, en s’attaquant aux rats et aux souris. Il existe également des cas documentés de coexistence entre les chats et les proies indigènes.

Le fait est que les chats jouent différents rôles prédateurs dans différents paysages naturels et humanisés. Les scientifiques ne peuvent pas supposer que, parce que les chats sont un problème pour certains animaux sauvages à certains endroits, ils le sont partout.

Raisonnement scientifique erroné

Dans notre dernière publication dans la revue Biologie de la conservation, nous examinons une erreur de raisonnement qui étaye la panique morale sur les chats.

Les scientifiques ne se contentent pas de collecter des données et d’analyser les résultats. Ils établissent également un argument logique pour expliquer ce qu’ils observent. Ainsi, le raisonnement derrière une allégation factuelle est tout aussi important que les observations utilisées pour formuler cette allégation. Et c’est ce raisonnement sur les chats où les revendications sur leur menace pour le fondateur de la biodiversité mondiale. Dans notre analyse, nous avons constaté que cela se produit parce que de nombreux scientifiques effectuent des études locales spécifiques et généralisent de manière excessive ces résultats dans le monde entier.

Même lorsque des études spécifiques sont globalement bonnes, projeter les «résultats» combinés sur le monde en général peut entraîner des sur-généralisations non scientifiques, en particulier lorsque le contexte écologique est ignoré. Cela revient à sortir une citation de son contexte et à supposer ensuite que vous comprenez sa signification.

Les voies à suivre

Alors, comment les citoyens et les scientifiques pourraient-ils tracer une voie vers une compréhension plus nuancée de l’écologie et de la conservation des chats?

Premièrement, ceux qui examinent cette question de toutes parts peuvent reconnaître que le bien-être des chats et la survie des espèces menacées sont des préoccupations légitimes.

Deuxièmement, les chats, comme tout autre prédateur, affectent leurs communautés écologiques. Que cet impact soit bon ou mauvais est un jugement de valeur complexe et non un fait scientifique.

Troisièmement, il est nécessaire d’adopter une approche plus rigoureuse de l’étude des chats. Une telle approche doit être consciente de l’importance du contexte écologique et éviter les écueils d’un raisonnement erroné. Cela signifie également résister à l’appel de sirène d’une balle d’argent (mortelle).

Il n’existe pas de solution universelle. Pourtant, il existe de nombreuses options à considérer. La protection des principaux prédateurs et de leur habitat est fondamentale pour permettre aux espèces menacées de coexister avec les chats. Dans certains cas, les gens peuvent choisir de séparer les chats domestiques de la faune vulnérable: par exemple, avec des catios où les chats peuvent profiter du plein air tout en étant tenus à l’écart de la faune. Dans d’autres cas, les chats non hébergés peuvent être gérés avec des programmes de trappe-castration-retour et des sanctuaires.

Enfin, contrairement à l’encadrement de certains scientifiques et journalistes, le différend sur les chats ne concerne pas avant tout la science. Au contraire, cela évoque un débat en cours sur l’éthique qui devrait guider la relation de l’humanité avec les autres animaux et la nature.

C’est la racine de la panique morale à l’égard des chats: la lutte pour aller au-delà du traitement des autres êtres avec domination et contrôle, pour favoriser une relation enracinée dans la compassion et la justice.

Joann Lindenmayer, DVM, MPH est professeur agrégé au Département de santé publique et de médecine communautaire de l’Université Tufts et a contribué à cet article.


Les chats tuent plus de 1,5 milliard d’animaux indigènes australiens par an


Fourni par The Conversation

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lisez l’article original.La conversation

Citation: Ne blâmez pas les chats pour avoir détruit la faune – la logique fragile mène à la panique morale (30 juillet 2020) récupéré le 30 juillet 2020 sur https://phys.org/news/2020-07-dont-blame-cats-wildlife- shaky.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.