Le Brésil dépasse 92 000 décès et 2,66 millions infectés par le COVID-19 | Société

Brasil sobrepasa los 92.000 fallecidos y 2,66 millones de infectados por COVID-19

Le Brésil a ajouté au cours des dernières 24 heures 1 212 décès dus au COVID-19, avec lequel il totalise déjà 92 475 victimes, tandis que le nombre de personnes infectées dépasse 2,66 millions, a rapporté vendredi le gouvernement.

Selon le dernier bulletin du ministère de la Santé, au cours des derniers jours, 52383 nouveaux cas ont été signalés, portant le nombre de personnes infectées par le nouveau coronavirus à 2662485.

Après cinq mois, la pandémie ne s’arrête pas et le nouveau coronavirus se concentre dans les régions du centre et du sud du Brésil, deuxième pays le plus touché par la maladie, derrière les États-Unis.

Outre les cas enregistrés, 3 529 autres font l’objet d’une enquête et 725 959 sont en cours d’accompagnement.

Cependant, le nombre de récupérés dépasse 1,8 million, une liste qui comprend déjà le président du Brésil, Jair Bolsonaro, qui a vaincu la maladie il y a une semaine après avoir passé 20 jours avec le virus dans son corps.

Malgré son amélioration, le président a de nouveau défié la pandémie et a encouragé ce vendredi ses partisans à «affronter» le virus qui fait déjà près de 100 000 morts dans le pays.

« Je suis dans le groupe à risque. Je n’ai jamais été négligent, je savais qu’un jour j’allais l’attraper, car malheureusement je pense qu’un jour cela vous arrivera à tous. Avez-vous peur de quoi? Faites-y face! », A assuré le leader d’extrême droite. lors d’un événement à Bagé, dans l’état du Rio Grande do Sul.

Malgré l’avancement des affaires et le nombre de victimes, les gouvernements locaux poursuivent leurs plans de désescalade progressive.

Parmi les mesures qui se sont démarquées ce vendredi figurait celle du maire de Rio de Janeiro, Marcelo Crivella, qui a permis à Cariocas de se baigner à nouveau dans la mer ce week-end, sans se reposer ni bronzer sur la plage.

Jusqu’à aujourd’hui, il n’était autorisé à pratiquer des activités sportives que dans les eaux de l’océan ou sur ses plages.