Tatouage et esthétique : réglementation en vue, l’ARS attend votre déclaration

  Étant donné l'engouement croissant pour les tatouages, piercings et maquillages permanents, il est essentiel de connaître les règles applicables à ces métiers.

© Actualites-Sante.com - Tatouage et esthétique : réglementation en vue, l’ARS attend votre déclaration

Déclaration et réglementation pour les artistes du tatouage : ce qu’il faut savoir #

En effet, exercer ces activités sans être déclaré auprès de l’Agence Régionale de Santé (ARS) est illégal. Dans cet article, nous vous expliquerons comment se conformer à cette réglementation et les démarches nécessaires pour ouvrir votre propre studio de tatouage.

Déclaration obligatoire auprès de l’ARS #

Pour pratiquer en tant que tatoueur, perceur ou maquilleur permanent, il faut impérativement se déclarer auprès de l’Agence Régionale de Santé (ARS).

La liste des professionnels ayant effectué cette démarche est ainsi accessible en ligne. Cette déclaration garantit au public que le professionnel respecte certaines normes d’hygiène et de salubrité.

À lire Booba : sa promesse à la justice de cesser les moqueries (et attaques) contre Magali Berdah

Cette formalité doit être renouvelée tous les trois ans, et inclut la présentation d’un certificat de formation aux règles d’hygiène et de salubrité, ainsi qu’une attestation de suivi d’activité ou de maintien des compétences.

Comment effectuer cette déclaration ? #

La déclaration doit être envoyée par courrier ou par e-mail à la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales (DDASS) compétente sur votre lieu d’exercice. Les coordonnées à utiliser sont disponibles dans le document mentionné ci-dessus.

Il est important de noter que certaines conditions doivent être réunies pour exercer ces activités, dont disposer d’un local dédié respectant les normes en vigueur.

Inscription auprès du Centre de Formalités des Entreprises (CFE) #

Une fois votre déclaration effectuée auprès de l’ARS, la prochaine étape consiste à vous inscrire au registre du commerce et des sociétés.

À lire Brigitte Macron et Didier Deschamps, stars inattendues : ovation (et folie) lors du show des Pièces jaunes

Pour ouvrir un studio de tatouage, il faut en effet s’inscrire auprès du Centre de Formalités des Entreprises (CFE) compétent.

Cette démarche dépendra du statut juridique que vous aurez choisi pour exercer : en tant qu’entreprise individuelle, vous devrez vous adresser à l’URSSAF ; pour une société, ce sera la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI).

Quelles formalités pour le local ? #

Afin de garantir la sécurité et la santé des clients, les studios de tatouage doivent répondre à des exigences spécifiques en termes d’aménagement et d’équipements.

Ils devront notamment disposer d’une salle de sterilisation séparée et respecter un certain nombre de normes liées à l’hygiène.

À lire Coeur de Pirate, un début difficile dans Danse avec les stars 2024 : ses confidences (et douleurs)

Contrôles et sanctions #

Les ARS sont chargées de veiller au bon respect de ces règles par les professionnels. Néanmoins, il appartient à chaque tatoueur de se tenir informé régulièrement des éventuelles modifications apportées à la réglementation.

 

Le non-respect de ces obligations peut entraîner des sanctions telles que des amendes, voire une interdiction d’exercer pour les cas les plus graves.

Par ailleurs, il est essentiel de rappeler que le tatouage à domicile n’est autorisé que dans certaines conditions ; en particulier si vous disposez d’une pièce dédiée et conforme aux normes.

À lire Adeline Toniutti à la Star Academy : confrontation (et révélations) avec Michael Goldman

En résumé, exercer en tant que tatoueur, perceur ou maquilleur permanent nécessite de respecter certaines règles strictes, tant sur le plan administratif que sanitaire. Il est crucial de se déclarer auprès de l’ARS et de s’inscrire au CFE compétent avant de débuter son activité. Les contrôles effectués par les ARS garantissent aux clients que les professionnels sont en conformité avec les exigences légales en matière d’hygiène et de salubrité. Assurez-vous donc de suivre scrupuleusement ces démarches pour éviter tout désagrément juridique et offrir un service de qualité à vos futurs clients.

Consulter Masquer le sommaire

Actualites-Sante.com est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Vous êtes ici : Actualités / Tatouage et esthétique : réglementation en vue, l’ARS attend votre déclaration