Coquilles naturellement perforées, l’une des premières parures du Paléolithique moyen

Coquilles naturellement perforées, l'une des premières parures du Paléolithique moyen

Coquilles naturellement perforées, l'une des premières parures du Paléolithique moyen

Coquilles de la grotte de Qafzeh sur lesquelles l’usure a été étudiée. Crédit: Bar-Yosef Mayer et al, 2020

Des humains anciens ont délibérément collecté des coquilles perforées afin de les lier ensemble sous forme de perles, selon une étude publiée le 8 juillet 2020 dans la revue en libre accès PLOS ONE par Daniella Bar-Yosef Mayer (Université de Tel Aviv, Israël), Iris Groman-Yaroslavski (Université de Haïfa, Israël) et collègues.


Les coquillages sont l’une des plus anciennes façons dont les humains se sont ornés et se sont exprimés, avec des exemples d’assemblages de coquilles délibérément collectés sur des sites humains datant d’il y a 160 000 ans trouvés en Afrique du Nord, en Afrique du Sud et en Méditerranée orientale. Les coquilles d’un site du paléolithique méditerranéen, la grotte de Qafzeh (datée d’il y a 120 000 ans) sont toutes naturellement perforées (contrairement aux coquilles non perforées trouvées sur un site plus proche, la grotte de Misliya), ce qui suggère que ces coquilles ont été délibérément collectées et enfilées ensemble sous forme de perles .

Pour étudier la possibilité d’une suspension délibérée pour créer des chaînes de perles de coquillage, Bar-Yosef Mayer et Groman-Yaroslavski ont collecté la même espèce de coquilles perforées (Glycymeris) et simulé l’utilisation et l’usure potentielles présentes sur les coquilles originales: d’abord l’abrasion systématique des coquilles contre différents matériaux comme le cuir, le sable et la pierre pour produire un catalogue de modèles d’usure, puis accrocher les coquilles sur des cordes en lin sauvage pour identifier les modèles d’usure spécifiques à la suspension des cordes. Ils ont ensuite comparé ces modèles d’usure à ceux des coquilles originales de la grotte de Qafzeh.

L’analyse microscopique des cinq coquilles de la grotte de Qafzeh les mieux conservées a révélé des traces cohérentes avec celles créées dans les coquilles simulées par contact avec une chaîne, ainsi que des traces de contact coquille à coquille (indiquant que les coquilles étaient étroitement liées les unes aux autres). Quatre des cinq coquilles originales ont également révélé des traces d’un traitement de coloration ocre.

Bien qu’il ne soit pas possible de déterminer la signification symbolique précise du brin de perles de coquille de la grotte de Qafzeh, le fait que les coquilles de bivalves soient une caractéristique fréquente à travers les sites paléolithiques donne une idée de leur importance. De plus, la présence d’une chaîne semble suggérer que non seulement la collection de coquilles était importante – la capacité d’afficher les coquilles à d’autres avait également une signification. Étant l’un des premiers exemples d’objets perforés suspendus à des cordes, les coquilles de la grotte de Qafzeh nous rapprochent également de la compréhension des origines de la technologie de fabrication de cordes il y a probablement 160 à 120 000 ans.

Bar-Yosef Mayer ajoute: « Les humains modernes ont collecté des coquilles de coques non perforées à des fins symboliques il y a 160 000 ans ou plus tôt, et vers 120 000, ils ont commencé à collecter des coquilles perforées et à les porter sur une chaîne. Nous concluons que les cordes, qui avaient beaucoup plus d’applications, étaient inventé dans ce délai.  »


Utilisation des mathématiques et de la mécanique pour expliquer comment les coquilles bivalves s’emboîtent si bien


Plus d’information:
Bar-Yosef Mayer DE, Groman-Yaroslavski I, Bar-Yosef O, Hershkovitz I, Kampen-Hasday A, Vandermeersch B, et al. (2020) Sur les trous et les cordes: les premières manifestations de la parure humaine au Paléolithique moyen. PLoS ONE 15 (7): e0234924. doi.org/10.1371/journal.pone.0234924

Fourni par la Bibliothèque publique des sciences

Citation: Coquilles naturellement perforées l’un des premiers ornements du Paléolithique moyen (2020, 8 juillet) récupéré le 9 juillet 2020 sur https://phys.org/news/2020-07-naturally-perforated-shells-earliest-adornments.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. Hormis toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.