Face à l’amiante en milieu professionnel, certains cancers sont maintenant reconnus

  Reconnaissance des cancers d'origine professionnelle : une réalité encore insuffisante

© Actualites-Sante.com - Face à l’amiante en milieu professionnel, certains cancers sont maintenant reconnus

Les médecins sont essentiels pour identifier, informer et gérer les besoins médicaux des patients atteints d’un cancer lié à l’exposition à des substances cancérogènes en milieu professionnel.

Selon l’Inserm, seulement 15 à 30% des cancers liés au travail sont reconnus comme maladies professionnelles, notamment en raison d’une information limitée concernant les expositions antérieures des patients.

Par ailleurs, cette situation entraîne une sous-déclaration des cancers du travail et une absence de compensation, ainsi qu’une protection sociale diminuée pour les employés.

À lire Incendie à Rouen : l’amiante suscite l’inquiétude chez les résidents et parents

Les bénéfices apportés par la reconnaissance d’une maladie professionnelle #

Lorsqu’un cancer est reconnu comme maladie professionnelle, les patients peuvent bénéficier :
– De la prise en charge intégrale des soins relatifs à la maladie sans avance de frais ;
– D’indemnités journalières supérieures à celles du congé-maladie lors d’un arrêt de travail lié à la maladie professionnelle ;
– Du versement d’une rente ou d’une indemnisation en cas d’incapacité permanente ;
– D’une pension versée aux ayants droit en cas de décès dû à la maladie professionnelle.
Pour les victimes de l’amiante, des dispositifs spécifiques existent également.

Déclarer un cancer comme maladie professionnelle #

Le patient doit déclarer sa maladie professionnelle à la sécurité sociale dans un délai de deux ans à compter de la connaissance d’un lien possible entre la maladie et son activité professionnelle passée ou actuelle. Il est également possible de faire reconnaître le caractère professionnel d’une maladie non mentionnée dans l’un des tableaux existants si celle-ci est directement imputable à l’activité professionnelle de la victime et entraîne son décès ou une incapacité permanente d’au moins 25%.

Le comité régional pour la reconnaissance des maladies professionnelles évaluera alors le lien réel entre pathologie et activité.

Le médecin au cœur du processus #

Les généralistes et autres spécialistes jouent un rôle majeur dans la reconnaissance du cancer comme maladie professionnelle. Ils sont les premiers à identifier la possibilité d’une origine professionnelle, orienter leurs patients vers des consultations spécialisées, et les accompagner dans leurs démarches médico-administratives.
Ces missions d’aide au diagnostic, d’aide aux démarches et à la coordination des suivis post-exposition sont exercées notamment par les centres de consultations de pathologies professionnelles.

À lire Mimie Mathy (en pause forcée) : pourquoi Joséphine ange gardien doit attendre

Prévenir et conseiller #

Les médecins peuvent également rappeler à leurs patients les mesures de prévention pour certains facteurs de risque de cancers liés au travail, tels que l’exposition aux UV, et encourager ces derniers à respecter les règles de sécurité individuelles et collectives mises en place au sein de leur entreprise. Il est essentiel de souligner qu’être fumeur ou avoir été fumeur ne constitue pas un frein à la déclaration d’une maladie professionnelle, tant que l’exposition à des agents cancérogènes en milieu professionnel est avérée.

C’est avec une prise de conscience accrue, une meilleure information et une coopération renforcée entre médecins et patients que davantage de cancers d’origine professionnelle pourront être reconnus et correctement indemnisés.

Consulter Masquer le sommaire

Actualites-Sante.com est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Vous êtes ici : Actualités / Face à l’amiante en milieu professionnel, certains cancers sont maintenant reconnus