Protéinurie grossesse : définition et risques

| |

Les grossesses sont pour la plupart du temps accompagnées de nombreux rendez-vous médicaux afin de s’assurer que la mère et le bébé sont en bonne santé. Parmi les analyses que doit faire la maman, la protéinurie est un point à surveiller de près. Celle-ci représente une forte concentration de protéines dans les urines qui peut engendrer des complications assez contraignantes. Que représente alors réellement la protéinurie ? Et quelles sont ses risques chez la femme enceinte ?

Que représente la protéinurie ?

La protéinurie fait référence à une présence trop élevée dite « anormale » de protéines dans les urines. Ces dernières ne contiennent généralement pas de protéines puisqu’elles sont filtrées préalablement par les reins. Leur présence signifie donc un mauvais signe, puisque cela veut dire que les reins n’arrivent pas à effectuer leur rôle correctement. De plus, la protéinurie peut avoir d’autres origines en dehors de l’atteinte rénale. En effet, elle peut être déclenchée à cause d’une infection urinaire, un diabète, ou une hypertension.

Généralement, la protéine la plus présente dans l’urine dans le cas d’un problème est l’albumine. Ainsi, certains appellent ça « albuminerie » faisant référence à un surplus d’albumine présent dans les urines, qui désigne également une protéinurie.

Le taux normal de protéinurie chez un adulte en bonne santé varie entre 0.5 et 1 g/l par 24 heures. Un souci de protéinurie peut être détecté dès le premier prélèvement urinaire, mais il est, cependant préférable d’effectuer un recueil des urines sur vingt-quatre heures afin de confirmer les résultats. Dans le cas où la protéinurie est diagnostiquée, il est important de faire des examens ainsi qu’un suivi pour éviter tout problème secondaire.Protéinurie grossesse

Quels sont les risques d’une protéinurie pendant une grossesse ?

Dans le cas où une faible protéinurie est détectée durant votre grossesse, il ne faut surtout pas vous inquiéter, mais il est cependant important de la surveiller de près en prenant toutes les précautions nécessaires. Cependant, si le taux de protéinurie excède vraiment le taux normal, surtout en cas de grossesse, cela peut être vraiment craignant pour la mère, mais aussi pour son bébé. Il est donc conseillé de faire des diagnostics lorsque vous êtes enceinte afin de prévenir tout problème, plus tôt elle est diagnostiquée, plus tôt elle sera traitée.

Dans le cas où le problème est détecté trop tard, il y a un grand risque d’une pré-éclampsie ou toxémie gravidique pouvant survenir principalement durant le troisième trimestre de la grossesse. Voici les caractéristiques de la pré-éclampsie :

  • La protéinurie ;
  • Une hypertension artérielle ;
  • Des œdèmes des membres inférieurs et des mains ;
  • Une rétention d’eau.

Il ne faut donc, surtout pas prendre cela à la légère puisque cette affection est capable d’engendrer des complications extrêmement dangereuses comme le décollement du placenta enclenchant un accouchement prématuré, ou même une hémorragie cérébrale.

Ainsi, il est essentiel pour la femme enceinte d’effectuer des tests urinaires chaque mois afin d’éviter toutes ces situations.

Que faire dans le cas où une protéinurie est diagnostiquée ?

Dans le cas où une protéinurie est détectée chez une femme enceinte, il ne faut surtout pas prendre la situation à la légère. Il est important de faire hospitaliser la maman sur le champ pour que cette dernière puisse être suivie de près. La maman doit faire des analyses d’urines, des prises de tension, ainsi que des bilans sanguins assez souvent afin de prévenir les risques cités plus haut. Le bébé doit être également surveillé quotidiennement avec des échographies et des monitorings.

Précédent

Greffe fécale

Laisser un commentaire