Chômage et solidarité : voici l’ASS que le gouvernement veut remplacer

  Dans son discours de politique générale, le Premier ministre a exprimé sa volonté d’abolir l’allocation de solidarité spécifique (ASS) pour les chômeurs en fin de droits au profit de la mise en place du RSA.

© Actualites-Sante.com - Chômage et solidarité : voici l’ASS que le gouvernement veut remplacer

Chômage : quelles sont les conséquences d’une telle réforme sur les personnes concernées et les dispositifs actuels ?

L’Allocation de solidarité spécifique, un soutien pour les chômeurs en fin de droits. #

Mise en place en 1984, l’ASS est destinée aux demandeurs d’emploi ayant épuisé leurs allocations chômage.

Elle repose sur plusieurs conditions d’éligibilité, dont une recherche d’emploi efficace et un parcours professionnel d’au moins cinq ans dans les dix ans précédant la fin du contrat.

D’un montant mensuel de 545,10 euros, elle peut être renouvelée tant que les conditions requises sont remplies.

Chômage : le calcul des ressources et les différences avec le RSA #

Pour percevoir l’ASS en totalité, il faut que les ressources mensuelles soient inférieures à 726,80 euros. Au-delà de ce montant, l’allocation est dégressive en fonction des revenus. À l’inverse, le RSA présente un plafond de ressources plus avantageux pour les couples, mais un montant légèrement inférieur pour une personne seule sans ressources (607,75 euros).

À lire Chômage et retraite : pourquoi l’ASS va vous pénaliser (à long terme) ?

Une réforme qui s’annonce défavorable pour les bénéficiaires de l’ASS #

Le passage du dispositif ASS au RSA pénaliserait notamment les chômeurs dont le partenaire gagne un salaire autour du Smic.

De plus, la réforme impacterait les droits à la retraite, puisque les bénéficiaires de l’ASS cotisent pour leurs trimestres de retraite, ce qui n’est pas le cas avec le RSA. Il est important de souligner que 57% des allocataires de l’ASS sont âgés de 50 ans ou plus, une tranche d’âge particulièrement vulnérable sur le marché de l’emploi.

Les conséquences financières et organisationnelles pour l’État et les départements #

La suppression de l’ASS engendrerait des économies pour l’État et le système de retraites, mais également des conséquences pour les départements, en charge du financement du RSA. L’association représentant ces autorités locales, « Départements de France », a exprimé sa préoccupation. Ils estiment à 2,1 milliards d’euros le coût de cette transition.

À lire AAH : pourquoi (seulement) 52 600 gagnants au lieu de 120 000 ?

Une réforme déjà envisagée par le gouvernement précédent #

Le gouvernement de Manuel Valls avait anticipé cette problématique dès 2016. Dans cette optique, un rapport sénatorial de 2021 défendait la mise en place d’un dispositif unifié de prestations de solidarité.

Chômage : des arbitrages nécessaires pour protéger les allocataires actuels #

Cette réforme interroge sur le maintien du pouvoir d’achat pour les bénéficiaires de l’ASS. La suppression de l’ASS pour le RSA par le Premier ministre suscite des interrogations.

Consulter Masquer le sommaire

Actualites-Sante.com est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

1 avis sur « Chômage et solidarité : voici l’ASS que le gouvernement veut remplacer »

  1. La fin de l’ASS c’est juste un moyen supplémentaire pour appauvrir d’avantage les pauvres et enrichir d’avantage les riches.

    Répondre

Partagez votre avis

Vous êtes ici : Social / Chômage et solidarité : voici l’ASS que le gouvernement veut remplacer