Chômage et retraite : pourquoi l’ASS va vous pénaliser (à long terme) ?

  Dans son discours de politique générale du mardi 30 janvier 2024, le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé la suppression de l'allocation de solidarité spécifique (ASS) pour les chômeurs en fin de droits.

© Actualites-Sante.com - Chômage et retraite : pourquoi l’ASS va vous pénaliser (à long terme) ?

Chômage : cette aide, gérée par France Travail et financée par l’État, prolonge les allocations chômage et permet aux bénéficiaires de valider des trimestres de retraite sans travailler.

Les changements apportés par la suppression de l’ASS #

L’ASS sera remplacée par le revenu de solidarité active (RSA).

Le montant du RSA s’élève à €607,75 par mois, soit un peu plus que l’ASS qui est fixée à €550 environ. Toutefois, contrairement à l’ASS, le RSA n’accorde pas de droits à la retraite.

À lire Chômage et solidarité : voici l’ASS que le gouvernement veut remplacer

De plus, l’ASS permettait aux bénéficiaires de cumuler leur allocation avec d’autres revenus tant qu’ils ne dépassaient pas un seuil mensuel de €1 998,70 pour un couple et exigeait au moins cinq ans de travail dans les dix années précédentes. Ces conditions vont également disparaître avec la suppression de l’allocation.

En effet, pour avoir une retraite la meilleure possible, il faut avoir cotisé un certain nombre de trimestres. Sans suffisamment de trimestres, les bénéficiaires seront pénalisés par des droits à la retraite réduits.

Chômage : la fin des points Agirc-Arrco #

L’ASS permettait également aux personnes concernées d’acquérir des points pour leur régime complémentaire Agirc-Arrco, ce qui ne sera plus le cas avec le RSA. Cette situation pourrait donc avoir des conséquences non négligeables sur la retraite des anciens bénéficiaires de l’ASS.

À lire AAH : pourquoi (seulement) 52 600 gagnants au lieu de 120 000 ?

Aucun calendrier précis se dévoile par le gouvernement concernant la suppression de l’ASS. Selon les propos de Gabriel Attal tenus lors de son discours du mardi 30 janvier, il est possible que cette mesure se mette en oeuvre via un projet de loi soumis au Parlement.

Un objectif de plein emploi à long terme #

Dans sa vision économique et sociale pour la France, Gabriel Attal a souligné l’importance de l’emploi comme outil de lutte contre la précarité et a exprimé son ambition d’une société française fondée sur le plein emploi.

C’est pourquoi le Premier ministre a privilégié la transformation de l’ASS en revenu de solidarité active. Il souhaite ainsi inciter les chômeurs en fin de droits à trouver un emploi.

Ainsi, les bénéficiaires de l’ASS devront-ils prendre conscience des enjeux liés à la suppression.

À lire Calendrier 2024 : ne ratez pas les dates de versement (CAF, RSA, AAH…)

Jusqu’à présent, entre 320 000 et 350 000 personnes percevaient l’ASS. Avec la suppression de cette aide et son remplacement par le RSA, elles perdront leur possibilité de valider des trimestres.

Ces changements inciteront peut-être certains chômeurs à chercher activement un emploi.

D’une manière générale, il est nécessaire de bien comprendre ces nouvelles dispositions.

Consulter Masquer le sommaire

Actualites-Sante.com est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis

Vous êtes ici : Social / Chômage et retraite : pourquoi l’ASS va vous pénaliser (à long terme) ?