Est-il bon de supporter la douleur?

Est-il bon de supporter la douleur?

Voir le documentaire: «De la douleur à l’espoir» »

Nous ne devons pas tenir compte de la recommandation d’endurer la douleur, s’ils nous l’ont déjà dit. Vous devez le combattre dès le premier instant. La douleur retarde l’évolution des maladies, y compris la cicatrisation des plaies, et peut favoriser leur chronicité.

Il n’est pas nécessaire de consulter le médecin pour prendre un analgésique anti-inflammatoire non stéroïdien qui n’a pas besoin d’une ordonnance, lorsque quelque chose fait mal et que le médicament a été prescrit pour une affection similaire auto-limitante.

REJOIGNEZ NOTRE COMMUNAUTÉ!

Vous pouvez écouter nos podcasts, recevoir une newsletter hebdomadaire avec des nouvelles, écrire des commentaires, envoyer des questions …

Les êtres vivants multicellulaires possèdent un grand nombre de terminaisons nerveuses spécialisées pour détecter des stimuli très différents. Il y en a, par exemple, dédiés à la perception de stimuli mécaniques de faible intensité, comme une caresse.

Mais notre corps possède également des terminaisons nerveuses dédiées uniquement et exclusivement à la perception de la douleur, que l’on appelle nociceptives.

Bon nombre des douleurs les plus fréquentes, telles que celles causées par un traumatisme ou des interventions chirurgicales, sont des douleurs dites nociceptives car elles sont liées à une lésion d’un tissu ou d’un organe, et leur durée suit un cours parallèle à celui de la guérison.

Ces douleurs ont 2 caractéristiques importantes. La première est que nous pouvons les combattre grâce à l’utilisation d’analgésiques anti-inflammatoires non stéroïdiens, à savoir les classiques de la pharmacie, l’ibuprofène, l’acétaminophène et l’aspirine.

Pour ces douleurs d’intensité modérée, elles constituent une solution rapide et facile, car dans la pratique, la plupart des cas, il n’est pas nécessaire d’aller chez le médecin généraliste. Et heureusement, nous les utilisons, car tous les trois font partie des cinq médicaments les plus vendus en pharmacie sans ordonnance.

Quand devrais-je prendre un analgésique

Mais la question que nous nous poserons sûrement ensuite est: Et quand et comment est-elle prise?

Dès que le problème commence. La douleur n’existe pas pour nous tester ou pour nous permettre de faire des démonstrations de stoïcisme et de force.

La douleur existe pour nous alerter en cas de lésions corporelles et, par conséquent, pour que nous puissions agir pour éviter d’autres dommages.

Et pour atteindre cet objectif, il convient de le combattre. Le plus tôt sera le mieux. De plus, la douleur génère de la peur et des émotions négatives. Ainsi, il est entendu que pour les patients comme pour les médecins, la lutte contre la douleur est d’une grande importance.

Cependant, au cours des 20 dernières années, il n’y a pratiquement pas eu de nouveaux analgésiques qui ont atteint une large utilisation clinique. À l’exception du tramadol et du tapentadol et de certains opioïdes analogues puissants du fentanyl.

Mais cela n’a pas découragé la science biomédicale, qui dispose de nombreux moyens pour identifier de nouvelles molécules et types de cellules impliqués dans la genèse, la transmission et la chronification de la douleur.

Actuellement, la recherche se concentre sur une meilleure compréhension des processus physiopathologiques sous-jacents à différentes formes de douleur, comme la fibromyalgie, et sur l’identification de la manière dont le système nerveux est altéré, conduisant à des formes de douleur qui évoluent de manière autonome. concernant les stimuli.

La douleur peut être subjective, mais elle est toujours réelle!

Il existe de nombreuses différences entre les êtres humains, et parmi elles, nous pourrions également inclure la manière de ressentir la douleur de chaque personne.

Il y a des gens plus sensibles à la douleur que d’autres. Ils ne sont pas nécessairement plus plaintifs ou mous. Mais comment mesure-t-on l’intensité de la douleur?

Eh bien, jusqu’à récemment, les chercheurs le faisaient presque exclusivement de manière peut-être trop subjective. Elle consistait à demander au patient quelle valeur il accordait à la douleur dont il souffrait sur une échelle de 1 à 10.

Ils ont complété cette évaluation en collectant des séries de données plus objectives. Par exemple, dans le cas d’un individu se plaignant de graves lombalgies, ils ont cherché à savoir s’il pouvait ou non se lever, marcher, lever les jambes …

Aujourd’hui, il est possible d’observer les réactions provoquées par la douleur dans notre cerveau, grâce aux techniques d’imagerie cérébrale.

Les chercheurs ont bien identifié les structures cérébrales et certaines des modifications qu’ils subissent lorsqu’un sujet ressent de la douleur.

L’ampleur des modifications permet aux spécialistes de mesurer en quelque sorte l’intensité de la douleur.

Pour en savoir plus: la douleur chronique est-elle une maladie? »

Opioïdes pour la douleur intense

Nous avons déjà vu que la douleur d’intensité modérée est soulagée avec des analgésiques anti-inflammatoires couramment utilisés, mais lorsqu’il s’agit de douleur intense, les opioïdes deviennent la meilleure option.

Ce type de médicament entraîne des effets secondaires importants (nausées, vomissements, constipation, dépression du système respiratoire, tolérance, dépendance …) qui dans certains cas peuvent entraîner la mort. Et c’est pourquoi il est essentiel d’adapter les doses d’opioïdes à l’intensité de la douleur et aux caractéristiques du patient.

Dans tous les cas, les médicaments opioïdes sont extrêmement efficaces et absolument essentiels pour certaines boîtes anti-douleur.

Dans notre pays, les professionnels du système de santé se distinguent par leur capacité à contrôler et à gérer ce type de médicament.

Pour soigner plus efficacement et améliorer la qualité de vie de ces personnes, des unités de la douleur ont été créées. Ce sont des équipes multidisciplinaires, souvent dirigées par un anesthésiste, qui concentrent leurs efforts sur la lutte contre les douleurs chroniques et résistantes aux analgésiques classiques. Pour ce faire, ils recourent à des médicaments à plage thérapeutique étroite (la différence entre la dose thérapeutique et toxique est faible), à ​​des formes et des voies d’administration spéciales telles que l’infiltration des troncs nerveux périphériques ou la mise en place de dispositifs permettant l’auto-administration de médicaments par le patient. .

Cette forme d’administration, utilisée principalement avec les médicaments opioïdes, a l’avantage d’utiliser des doses d’opioïdes plus modérées pour obtenir des effets plus rapides et plus appropriés en fonction de l’intensité de la douleur au moment où elle survient.

Dans d’autres situations, lorsque la douleur évolue dans le temps, il est préférable d’administrer le médicament selon un horaire fixe et à l’avance. Tous les traitements de la douleur ne sont pas de nature pharmacologique, utilisant d’autres types tels que l’électrostimulation et même la chirurgie.

Placebo, l’ingrédient invisible

La subjectivité de la douleur a conduit la science à étudier dans quelle mesure la douleur est amplifiée ou générée par le sujet indépendamment du stimulus nocif, et par conséquent, à déterminer dans quelle mesure l’effet analgésique des médicaments est dû à l’action sur ce processus. C’est ce qu’on appelle l’effet placebo. Ce n’est cependant pas un effet spécifique des analgésiques, mais il est observé avec toute intervention thérapeutique et se manifeste de multiples façons. La détermination de l’ampleur de l’effet placebo est essentielle dans l’étude de la douleur et des solutions thérapeutiques.

D’une part, le savoir est un avantage pour les patients qui sont plus sensibles à ce phénomène et qui pourraient le plus bénéficier des actions qui le favorisent, mais d’autre part il faut séparer le grain (l’effet pharmacologique lui-même) de la paille (le Effet placebo).

Incroyable mais vrai

Piment contre la douleur

En 1493, Christophe Colomb revient de son deuxième voyage dans le « Nouveau Monde » avec une culture utilisée au Mexique depuis 6 000 ans, le poivre.

Personne ne pouvait imaginer que ce légume, dont la plantation se répandait rapidement dans toute l’Europe, deviendrait l’une des armes utilisées contre la douleur.

Le piment de Cayenne contient de la capsaïcine parmi ses composés, ce qui donne au poivre, au piment ou au piment, cette démangeaison si courante dans la cuisine mexicaine et dans d’autres régions d’Amérique latine.
La capsaïcine est le composant principal de certains patchs appliqués localement pour réduire la douleur à ce stade.

De plus, ce composé présente un avantage par rapport aux autres analgésiques, et c’est que ses effets secondaires sont mineurs.

La toxine du poisson-globe, l’un des dix animaux les plus toxiques au monde, étudiée comme anesthésique

Le poisson-globe est considéré comme un mets délicat dans certaines cultures comme les japonaises, bien qu’il soit chargé d’une toxine mortelle, la tétrodotoxine. Ce passe-temps gastronomique exotique a causé plus d’un cadavre sur la table.

En fait, la tétrodotoxine est 1 200 fois plus toxique que le cyanure, il n’y a pas d’antidote connu et la toxine d’un seul spécimen pourrait tuer 30 humains adultes. Eh bien, aussi dangereux que cela puisse paraître, cela ne l’empêche pas d’être largement utilisé dans la recherche scientifique, car il agit de manière similaire aux anesthésiques locaux.

Mais comment est-il utilisé avec ces niveaux toxiques extrêmement élevés? Il s’agit de l’administrer additionné de polymères qui facilitent sa libération lente dans l’organisme, et avec d’autres médicaments qui aident à transférer cette toxine vers les neurones nociceptifs.

L’histoire du défi de la lutte contre la douleur

Jusqu’à récemment, la société comprenait que la douleur était innée à la vie et qu’il n’y avait donc pratiquement pas d’alternative pour la soulager. Déjà parmi les hommes néolithiques, attaqués par de terribles maux de dents comme on l’a montré, il y avait la conviction que la douleur était causée par des démons ou des esprits des morts.

L’une des premières ressources et la plus utilisée à travers l’histoire pour combattre la douleur a été le froid. Avec elle, les zones touchées par une blessure ont été désensibilisées, voire utilisées comme anesthésique dans les opérations d’amputation qui ont été menées sur le champ de bataille auprès des soldats de l’armée napoléonienne lors de l’invasion de la Russie.

L’être humain a également profité de la nature qui l’entoure dans sa lutte contre la douleur, recourant à des stupéfiants naturels comme le pavot à opium, et même profitant des chocs électriques que produisent les anguilles pour se désensibiliser.

Un exemple parfait de cette utilisation est que, en l’an 300 avant JC, le grec Hippocrate, considéré comme le père de la médecine, a créé la soi-disant «éponge soporifère», composée d’opium, de jus de canneberge, de jus de mûre, de laitue, de mandragore et de lierre.

Il faudra plusieurs siècles, précisément jusqu’en 1846, pour que le Dr William Morton applique la première anesthésie générale à l’ablation d’une tumeur du cou au Massachusetts General Hospital de Boston.

A partir de ce moment, la chirurgie connaît une grande impulsion grâce à tout l’arsenal anesthésique qui commence à se développer.

Mais qu’en est-il de la douleur en dehors de l’utilisation du scalpel et de la chronification?

La conclusion de la Seconde Guerre mondiale a marqué le début de l’enquête sur la douleur en raison des conséquences importantes que la guerre a laissées sur un grand nombre de soldats sur tous les fronts.

Il existe de nombreux problèmes concernant la douleur, son intensité, les moyens de la soulager ou, surtout, comment y faire face