En 2008 près de 40.000 personnes souffrant de TMS ont été indemnisées par l'Assurance Maladie pour un coût estimé de près de 800 millions d'euros.

"La mobilisation autour des troubles musculo-squelettiques s’est beaucoup développée ces dernières années et devra se maintenir face à ce défi de la santé au travail que représentent les TMS" indique l'InVS qui depuis 2002 a mis en place un programme de surveillance épidémiologique des TMS dans les Pays de la Loire.

Et parmi ces troubles le syndrome du canal carpien (douleurs dorsales, inflammation des poignets, des coudes ou des genoux..) qui occupe le premier rang des maladies professionnelles indemnisées du régime général de la Sécurité sociale.

Ce programme pilote de surveillance épidémiologique des troubles musculo-squelettiques (TMS) développé dans la région des Pays de la Loire a largement contribué à la mesure de ce problème majeur de santé au travail et à la mise en visibilité dans le débat social du poids des facteurs professionnels dans leur survenue.

Des pistes restent bien sûr à explorer pour rendre cette surveillance plus efficiente et plus régulière à l’échelon national. L'objectif aujourd'hui c'est la prévention car prévenir de façon durable les TMS et prendre en compte les situations de handicap des salariés souffrant de TMS est un impératif de santé au travail et de santé publique, sur lequel doivent se mobiliser tous les acteurs de la prévention des risques professionnels dans le cadre d’une politique structurée et coordonnée.

A noter que le plan santé au travail présenté il y a quelques semaines par Xavier Darcos prévoit justement le développement des actions de prévention des risques professionnels dont font partie les troubles musculo-squelettiques.