"La consultation C passera de 22 à 23 euros à la fin de l'année. La décision est prise" a t-il notamment déclaré rajoutant que les médecins généralistes reconnus par leur Ordre comme spécialiste, pourront coter CS s'ils sont spécialistes et reconnus comme tels. "Il n'y a aucune raison qu'ils ne puissent pas coter comme des spécialistes"

Le Président Français a également annoncé qu'il avait confié à Elisabeth HUBERT une mission dont l'objectif est de proposer des mesures structurelles incitant les jeunes à faire carrière comme généraliste. Autre objectif : une meilleure répartition démographique des médecins.

Parmi les réactions celle du la Confédération des Syndicats Médicaux Français ( CSMF) qui se félicite que le Président de la République souhaite reprendre la main sur le dossier de la médecine de proximité mais regrette que ce premier pas soit aussi tardif. Et de réclamer à Nicolas Sarkozy le respect de cette promesse : "la CSMF demande au Président de la République de veiller à la concrétisation de cette nouvelle promesse qui ne doit pas, comme toutes les autres, sombrer dans le cimetière des promesses oubliées".