Les résultats des essais sur la dexaméthasone confirment les avantages du COVID-19 mais aussi les risques

Les résultats complets très attendus d’un essai britannique sur la dexaméthasone stéroïde ont été publiés vendredi, confirmant ses avantages vitaux pour les patients atteints de COVID-19 sous ventilateurs, mais suggérant qu’il pourrait causer des dommages s’il est administré trop tôt.

Au total, 2.104 patients hospitalisés ont été assignés à recevoir six milligrammes de doses quotidiennes de médicament pendant 10 jours maximum, et 4 321 à recevoir les soins habituels, avec un taux de décès comparé après 28 jours.

Parmi les patients sous respirateurs, le taux de décès des patients sous médicament était de 29,3% contre 41,4% pour ceux qui n’en avaient pas.

En d’autres termes, ce groupe a connu une réduction de 29% de la mortalité, un peu moins d’un tiers.

Chez les patients qui ont reçu de l’oxygène mais par des moyens moins invasifs, le bénéfice était plus faible – 23,3% sous dexaméthasone sont décédés contre 26,2 qui n’en étaient pas.

Cependant, il n’y avait aucun avantage parmi le groupe qui ne recevait aucune oxygénation au début de l’essai.

Dans cette cohorte, 17,4 pour cent des stéroïdes sont décédés contre 14 pour cent qui ne l’ont pas reçu, ce qui suggère que le médicament a augmenté leur risque de mortalité.

En effet, le médicament agit en supprimant la réponse immunitaire anormale qui endommage les organes du corps, plutôt qu’en attaquant le virus.

S’adressant à l’AFP en juin, le célèbre scientifique américain Anthony Fauci a averti que la dexaméthasone ne devrait pas être prescrite trop tôt après l’infection d’une personne.

« Cela n’a eu aucun effet, sinon peut-être même une suggestion d’aggraver les choses au début », a-t-il déclaré.

« Ceci est parfaitement compatible avec le fait de savoir qu’au début de l’infection, vous avez besoin du système immunitaire pour supprimer le virus. »

Les auteurs de l’article, paru dans le Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre, a ajouté que tirer profit du médicament « dépend de la sélection de la bonne dose, au bon moment, chez le bon patient ».

Ils ont ajouté que, en ce qui concerne la maladie COVID-19, pour les patients qui ont besoin d’oxygène, la réponse immunitaire anormale semble plus responsable des dommages que la réplication du virus dans le corps.

Mais ils ont averti que cette hypothèse ne devrait pas être appliquée à d’autres maladies respiratoires virales, comme le SRAS, le MERS et la grippe, sans autre étude car elles peuvent avoir des impacts différents.

La dexaméthasone a été adoptée dans la pratique britannique le 16 juin, jour de l’annonce des premiers résultats, et est également recommandée par les National Institutes of Health des États-Unis.

Sur son site Web, le NIH avertit que l’on ne sait pas encore dans quelle mesure la dexaméthasone pourrait fonctionner en combinaison avec le médicament antiviral remdesivir, qui s’est avéré bénéfique lorsqu’il est utilisé seul.

Il ajoute que les patients sur le médicament doivent être étroitement surveillés pour les infections secondaires et l’hyperglycémie.

Il est également connu que l’utilisation de corticostéroïdes peut également réactiver des infections antérieures qui dormaient, comme le virus de l’hépatite B ou la tuberculose.


Dexaméthasone: quel est le traitement révolutionnaire du COVID-19?


© 2020 AFP

Citation: Les résultats de l’essai sur la dexaméthasone confirment les avantages du COVID-19 mais également les risques (2020, 17 juillet) récupérés le 17 juillet 2020 sur https://medicalxpress.com/news/2020-07-dexamethasone-trial-results-covid-benefits.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. Hormis toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.