Les boîtiers COVID-19 montent aux extrémités de la Terre à Tombouctou

Les boîtiers COVID-19 montent aux extrémités de la Terre à Tombouctou

Les boîtiers COVID-19 montent aux extrémités de la Terre à Tombouctou

Sur cette photo prise le vendredi 26 juin 2020, Harandane Touré, patiente atteinte d’un coronavirus, enseignant dans la cinquantaine, pose pour une photo dans sa maison de Tombouctou, au Mali. Touré a commencé à prendre des pilules antipaludiques lorsqu’il a fait pour la première fois monter la fièvre, mais sa maladie n’a fait qu’empirer. Les médecins lui ont alors dit qu’il faisait partie des centaines de personnes infectées par le coronavirus dans cette ville depuis longtemps réputée inaccessible au reste du monde. (Photo AP / Sidi Yahia)

Harandane Touré a commencé à prendre des pilules antipaludiques lors de sa première poussée de fièvre, mais au fil des jours, sa maladie n’a fait qu’empirer.

Les médecins lui ont finalement dit qu’il faisait partie des centaines de personnes infectées par le coronavirus dans cette ville depuis longtemps réputée inaccessible au reste du monde.

Il n’y a pas de vols commerciaux vers Tombouctou, dont l’emplacement éloigné dans le désert du Sahara a longtemps fait le nom de la ville synonyme des extrémités de la Terre.

Les responsables de la santé disent que la pandémie mondiale a réussi à atteindre ici tout de même. Il y a déjà plus de 500 cas dont au moins neuf décès, ce qui en fait la plus grande épidémie du Mali en dehors de la capitale.

À l’hôpital local, un groupe de tentes installées à l’extérieur abrite aujourd’hui 32 patients COVID-19. Il n’y a pas un seul ventilateur disponible. Les températures montent régulièrement au-dessus de 45 degrés Celsius (113 degrés Fahrenheit), ajoutant à la misère des patients qui luttent contre la fièvre.

« Je suis au bord de la mort parce qu’il y a eu des moments où je haletais comme un poisson qui vient juste d’être sorti de la rivière », a déclaré Touré, un enseignant d’une cinquantaine d’années qui ne sait pas exactement où il aurait pu se trouver. contracté le virus.

Les boîtiers COVID-19 montent aux extrémités de la Terre à Tombouctou

Sur cette photo prise le vendredi 22 mai 2020, un soldat malien dans la capitale Bamako, à Tombouctou, au Mali, transporte des échantillons de patients à Tombouctou vers un avion militaire les pilotant pour les tester pour le coronavirus. COVID-19 a fait son chemin vers Tombouctou, une ville dont le nom a longtemps été synonyme d’éloignement dans le monde entier. (Photo AP / Baba Ahmed)

« La nuit, je ne pouvais pas dormir, j’ai l’impression qu’il y avait une pierre pesant une tonne sur ma poitrine qui m’étouffait et me maintenait éveillé. Je pouvais à peine respirer », a-t-il déclaré. « Pendant un moment, j’ai demandé à mourir pour que je puisse être en paix à cause des souffrances que je traversais, mais Dieu, inexplicablement, miraculeusement, m’a accordé un sursis. »

COVID-19 est arrivé au Mali pour la première fois en mars, lorsque deux cas sont apparus, l’un dans la capitale de Bamako, où des vols internationaux atterrissent, et l’autre à Kayes, une ville étroitement liée à la diaspora malienne en Europe.

En avril, le virus a fait son chemin à 1 000 kilomètres (620 miles) de la capitale à Tombouctou, soit plus de 24 heures de route. Il n’y a que quelques bus par semaine depuis la capitale, bien que les voitures utilisées comme transports publics fassent également le trajet.

Le bilan officiel des morts a atteint neuf, mais au moins six autres personnes décédées plus tard ont également été testées positives.

Jusqu’à présent, l’hôpital ici a eu suffisamment de réservoirs d’oxygène pour traiter ses patients aux prises avec COVID-19. Mais avoir suffisamment d’infirmières pour l’administrer reste un problème, surtout maintenant qu’il y a 32 patients COVID-19 trop malades pour récupérer à la maison pendant l’accouchement.

Les boîtiers COVID-19 montent aux extrémités de la Terre à Tombouctou

Sur cette photo prise le jeudi 21 mai 2020, une délégation conduite par le ministre malien de la Santé Michel Sidibe, à droite, visite la tente d’isolement pour les patients atteints du coronavirus à Tombouctou, au Mali. COVID-19 a fait son chemin vers Tombouctou, une ville dont le nom a longtemps été synonyme d’éloignement dans le monde entier. (Photo AP / Baba Ahmed)

Les médecins spécialistes restent malheureusement peu nombreux à soigner les personnes atteintes du coronavirus, dont les complications ont dérouté les médecins du monde entier. Il n’y a pas de radiologistes pour lire les radiographies pulmonaires, pas de spécialistes des poumons ayant une expérience des maladies respiratoires ou des médecins spécialisés dans les problèmes rénaux, qui sont apparus comme l’une des graves complications du COVID-19.

« Nous n’avons pas de médecin de santé publique, encore moins d’épidémiologiste », déplore Djibril Kassogué, directeur régional de la santé de Tombouctou.

L’emplacement n’est pas facile non plus lorsqu’il s’agit de recruter plus de professionnels de la santé. Le risque de violence reste élevé dans cette région où les Occidentaux sont depuis longtemps kidnappés contre rançon par des groupes extrémistes. Les patrouilles régulières de maintien de la paix de l’ONU rappellent quotidiennement à quel point le nord du Mali est encore instable plus de sept ans après que les extrémistes islamiques ont été chassés du pouvoir ici.

Depuis le désert environnant, des extrémistes continuent de planter des bombes en bordure de route à travers le nord, ajoutant à l’isolement. La mission de l’ONU effectue des vols à destination et en provenance de Bamako, et transporte souvent des tests COVID-19 depuis des lieux éloignés vers la capitale.

Lorsque cela n’est pas possible, les autorités sanitaires locales ont recouru à leur envoi à bord des bus publics, ce qui a retardé le temps de traitement chaque fois qu’un bus tombe en panne.

Les boîtiers COVID-19 montent aux extrémités de la Terre à Tombouctou

Sur cette photo prise le vendredi 26 juin 2020, Harandane Touré, patiente atteinte d’un coronavirus, enseignant dans la cinquantaine, pose pour une photo dans sa maison de Tombouctou, au Mali. Touré a commencé à prendre des pilules antipaludiques lorsqu’il a fait pour la première fois monter la fièvre, mais sa maladie n’a fait qu’empirer. Les médecins lui ont alors dit qu’il faisait partie des centaines de personnes infectées par le coronavirus dans cette ville depuis longtemps réputée inaccessible au reste du monde. (Photo AP / Sidi Yahia)

Ce mois-ci, le ministère de la Santé du Mali a envoyé un laboratoire mobile à Tombouctou et une équipe capable de réaliser plus de 100 tests par jour.

C’est une étape majeure au Mali, où deux mois après le début de son épidémie en mai, l’International Rescue Committee a déclaré que le pays ne réalisait encore que 173 tests pour 1 million d’habitants. À titre de comparaison, les États-Unis effectuaient à l’époque 38 394 tests pour 1 million au milieu de critiques largement insuffisantes.

On s’inquiète également de ce qui pourrait arriver si le virus infectait des régions encore plus reculées du nord du Mali, où la présence d’extrémistes rend trop difficile pour les équipes de santé de s’aventurer et de tester. Une épidémie parmi les populations nomades du nord pourrait être particulièrement difficile à suivre, avertissent les experts.

À Tombouctou, la vie a peu changé au milieu du virus. Des groupes de personnes prient toujours à la mosquée, l’utilisation de masques n’est pas imposée et beaucoup doutent que COVID-19 soit ce qui tue les gens.

Moussa Hama Sankaré, le chef de l’hôpital, a exprimé son inquiétude à propos des personnes effectuant des visites secrètes la nuit pour voir des patients COVID-19 confinés à leur domicile.

Les boîtiers COVID-19 montent aux extrémités de la Terre à Tombouctou

Sur cette photo prise le jeudi 21 mai 2020, un soldat malien se tient près de la tente d’isolement pour les patients atteints du coronavirus à Tombouctou, au Mali. COVID-19 a fait son chemin vers Tombouctou, une ville dont le nom a longtemps été synonyme d’éloignement dans le monde entier. (Photo AP / Baba Ahmed)

Touré, le patient en convalescence, craint que les gens ne prennent pas le virus suffisamment au sérieux.

« Les gens ont commencé à laisser les masques derrière eux et sortent en public sans eux », dit-il. « Si les gens ne se protègent pas, je crains que cette maladie ne frappe durement Tombouctou. »


Suivez l’actualité de l’épidémie de coronavirus (COVID-19)


© 2020 The Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

Citation: Les cas COVID-19 montent aux extrémités de la Terre à Tombouctou (2020, 1er juillet) récupérés le 1er juillet 2020 sur https://medicalxpress.com/news/2020-07-covid-cases-mount-earth-timbuktu.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. Hormis toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privées, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.