La fertilité devrait décliner à la suite de la pandémie de COVID-19, selon une nouvelle étude

La fertilité devrait décliner à la suite de la pandémie de COVID-19, selon une nouvelle étude

la fertilité

Crédit: Domaine public Pixabay / CC0

Tout au long de l’histoire, les pics de mortalité dus aux guerres et aux famines ont été suivis d’une augmentation des naissances, tandis que la grippe espagnole a entraîné une baisse temporaire de la fertilité avant de se rétablir pendant un «baby-boom». Contrairement à cette tendance historique, l’urgence sanitaire du COVID-19 entraînera vraisemblablement une baisse de la fertilité, sans les facteurs qui ont provoqué un baby-boom dans le passé, selon une étude intitulée « La pandémie du COVID-19 et la fertilité humaine », publié le 24 juillet dans Science par Arnstein Aassve de l’Université Bocconi, Nicolò Cavalli, Letizia Mencarini et Samuel Plach, et Massimo Livi Bacci de l’Université de Florence.

Les auteurs soulignent les différences de développement des populations et leur stade de transition démographique pour tirer avec précision les conclusions des recherches existantes.

« Bien qu’il soit difficile de faire des prévisions précises, un scénario probable est que la fécondité chutera, au moins dans les pays à revenu élevé et à court terme », a déclaré Arnstein Aassve, professeur au Département des sciences sociales et politiques de Bocconi et à le Centre Carlo F. Dondena de recherche sur la dynamique sociale et les politiques publiques.

Cette étude fait partie des activités de recherche du Dondena Center au sein du COVID Crisis Lab de Bocconi.

Dans les pays à revenu élevé, les perturbations dans l’organisation de la vie de famille dues à des fermetures prolongées, à la garde des enfants par les parents après la fermeture des écoles et à la détérioration des perspectives économiques sont susceptibles d’entraîner des reports de procréation. Une nouvelle baisse de la fécondité dans les pays à revenu élevé accélérera le vieillissement et le déclin de la population, avec des implications pour les politiques publiques.

Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, la baisse de la fécondité observée au cours des dernières décennies en raison de tendances telles que l’urbanisation, le développement économique et la profession féminine ne sera probablement pas fondamentalement inversée par des revers économiques. Cependant, les difficultés d’accès aux services de planification familiale peuvent entraîner un pic à court terme de grossesses non désirées et une détérioration de la santé néonatale et reproductive.

Arnstein Aassve, professeur à l’Université Bocconi, présente les résultats de l’étude sur le COVID-19 et la fertilité. Crédit: Université Bocconi

La fertilité mondiale est-elle vraiment en baisse? Comment sont faites les prévisions démographiques


Plus d’information:
La pandémie COVID-19 et la fertilité humaine, Science (2020). science.sciencemag.org/cgi/doi… 1126 / science.abc9520

Fourni par l’Université Bocconi

Citation: La fertilité est susceptible de baisser à la suite de la pandémie de COVID-19, selon une nouvelle étude (23 juillet 2020) récupérée le 23 juillet 2020 sur https://medicalxpress.com/news/2020-07-fertility-decline-covid -pandemic.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.