La Floride assiégée alors que la pandémie s’accélère

La Floride assiégée alors que la pandémie s'accélère

coronavirus

Crédits: Pixabay / CC0 Public Domain

L’État américain de Floride a publié jeudi un record de 10 000 nouveaux cas de coronavirus, l’accélération de la pandémie meurtrière à travers les Amériques sapant les gains fragiles dans d’autres régions.

Alors que l’Europe cherche à tourner la page de la plus grande crise de santé publique de l’histoire moderne – ou de sa première vague, au moins – des cas ont grimpé en flèche en Amérique latine, contribuant à un taux d’infection mondial record.

Le Brésil compte près de 1,5 million de cas confirmés, ce qui le place juste derrière les États-Unis, l’épicentre de la pandémie, qui devrait enregistrer sa trois millionième infection la semaine prochaine.

Touchant presque tous les pays de la Terre, COVID-19 – la maladie provoquée par le virus – a touché au moins 10,7 millions de personnes et tué 516 000 dans le monde, brisant des économies auparavant dynamiques et mettant la vie publique au point mort.

Pourtant, alors qu’une grande partie de la planète a poursuivi un retour à un semblant de normalité, les États-Unis ont franchi la barre des 50 000 nouvelles infections en une journée pour la première fois mercredi, jetant un sombre voile sur ses prochaines célébrations du Jour de l’Indépendance.

La Floride est au centre des préoccupations des experts de la santé publique préoccupés par une poussée dans les États du sud et de l’ouest des États-Unis et elle compte désormais plus de 169 000 cas.

Le gouverneur Ron DeSantis a imputé la montée des « interactions sociales » entre les jeunes se rassemblant lors de fêtes, plages, bars, piscines et ailleurs, ainsi qu’un programme de tests plus « robuste ».

Au Texas, où plus de 2 500 personnes sont décédées, le gouverneur Greg Abbott a ordonné aux habitants des comtés de 20 cas ou plus de porter des masques et a interdit les rassemblements de plus de 10 personnes.

Cette décision intervient après que le Lone Star State a signalé mercredi 8 000 nouveaux cas, le dernier d’une série de documents qui a alarmé les autorités sanitaires et a conduit le gouverneur à interrompre en grande partie le programme de réouverture qui a commencé début mai.

Ces développements s’inscrivent dans un schéma qui a conduit à une augmentation des cas dans presque tous les États – menés par ceux qui ont rouvert leurs économies le plus tôt et le plus rapidement, contre l’avis des autorités fédérales de la santé.

«Rugir en arrière»

La Floride et d’autres États appelés « Sun Belt » ont été contraints de fermer leurs restaurants, bars et plages alors que la nation se prépare pour le week-end du 4 juillet.

Il s’agit notamment de la Californie, qui a connu une augmentation de 56% des hospitalisations sur deux semaines, a déclaré le gouverneur Gavin Newsom lors d’une conférence de presse.

Mais le président Donald Trump, sous le feu de sa gestion d’une crise qui a tué environ 128000 Américains, a mis en évidence des données positives sur l’emploi qui montraient que 4,8 millions de personnes étaient de retour au travail en juin.

« L’annonce d’aujourd’hui prouve que notre économie est en marche », a déclaré Trump. « La crise est en cours de traitement. »

L’optimisme caractéristique du président est survenu un jour après que l’Arizona – 7,3 millions d’habitants – ait enregistré plus de nouveaux cas et de décès que l’ensemble de l’Union européenne, qui compte 446 millions de citoyens.

Mais avec certains gouverneurs américains imposant maintenant des quarantaines de 14 jours aux visiteurs des États les plus durement touchés, l’UE a commencé à rouvrir ses frontières. Les résidents des États-Unis, du Brésil et de la Russie ravagée par le virus se voient toujours refuser l’entrée.

L’Organisation mondiale de la santé a averti mercredi que la pandémie s’accélérait, avec plus de la moitié des infections dans le monde au cours du dernier semestre enregistré en juin seulement.

Et la semaine dernière a vu de nouveaux sommets avec des cas dépassant « 160 000 chaque jour », a déclaré le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Malgré de nouvelles infections et des décès ne montrant aucun signe de ralentissement au Brésil, la célèbre ville touristique de Rio de Janeiro a autorisé la réouverture des bars, restaurants et cafés à 50% de leur capacité.

Le «nombre R» du pays – le nombre moyen de personnes à qui les personnes infectées transmettront le virus – était de un il y a un mois, mais il est depuis passé à 1,5.

« Ce nombre augmentera encore plus avec la réouverture, ce qui entraînera des problèmes de santé pour notre population », a expliqué à l’AFP Roberto Medronho, directeur de recherche à l’hôpital universitaire Clementino Fraga Filho de Rio.

Le sinistre bilan du Brésil a fait 60 000 morts mercredi, avec 1,44 million d’infections. La Colombie, quatrième économie de la région, a enregistré 100 000 cas, tandis que le Pérou a fait 10 000 morts.

Djokovic négatif

Les populations autochtones d’Amérique latine ont été particulièrement touchées en raison de l’affaiblissement du système immunitaire et de siècles de négligence de l’État.

L’Organisation panaméricaine de la santé estime qu’au moins 20 000 personnes sont infectées dans le bassin du fleuve Amazone, où certaines zones ne sont accessibles que par bateau.

L’organisme de santé a également averti que le nombre de morts en Amérique latine et dans les Caraïbes pourrait quadrupler pour atteindre plus de 400 000 d’ici octobre sans mesures de santé publique plus strictes.

En Europe, les pays tentent de relancer en toute sécurité un secteur touristique en difficulté en ouvrant les frontières à 15 pays allant de l’Algérie à l’Uruguay.

Les voyageurs en provenance de Chine, où le virus est apparu pour la première fois à la fin de l’année dernière, seront également autorisés à entrer dans l’UE si Pékin fait la même chose.

La Suisse a annoncé qu’elle autoriserait l’administration d’un médicament antiviral utilisé pour traiter Ebola, le remdesivir, aux patients atteints de COVID-19.

En dehors de l’UE, les pays pauvres des Balkans occidentaux qui ont jusqu’à présent été épargnés par le pire du virus voient maintenant une nouvelle augmentation des cas.

Après avoir organisé des élections nationales et des manifestations sportives tout au long du mois de juin, la Serbie a annoncé jeudi de nouvelles restrictions aux rassemblements de plus de cinq personnes dans ses quatre villes les plus touchées.

Le joueur de tennis numéro un mondial Novak Djokovic, a quant à lui annoncé que sa femme et lui avaient testé négatif pour COVID-19 après avoir attrapé une infection lors d’un tournoi controversé qu’il avait organisé dans la région.

D’autres parties du monde sont également aux prises avec de nouveaux groupes de contagion.

Au Moyen-Orient, le nombre de décès en Iran a dépassé 11 000 jeudi, alors que le pays enregistre une augmentation des décès et des cas après un creux début mai.


Suivez l’actualité de l’épidémie de coronavirus (COVID-19)


© 2020 AFP

Citation: La Floride assiégée alors que la pandémie s’accélère (2020, 3 juillet) récupéré le 3 juillet 2020 sur https://medicalxpress.com/news/2020-07-florida-siege-pandemic.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. Hormis toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privées, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.