Les EAU sur Mars sondent une première pour le monde arabe

Les EAU sur Mars sondent une première pour le monde arabe

Un employé dans la salle de contrôle de la mission Mars au Mohammed Bin Rashid Space Center dans la ville du golfe de Dubaï

Un employé dans la salle de contrôle de la mission Mars au Mohammed Bin Rashid Space Center dans la ville du golfe de Dubaï

Les Émirats arabes unis, riches en pétrole, ont construit un programme d’énergie nucléaire et envoyé un homme dans l’espace, et prévoient maintenant de rejoindre un autre club d’élite en envoyant une sonde sur Mars.


Seuls les États-Unis, l’Inde, l’ancienne Union soviétique et l’Agence spatiale européenne ont réussi à envoyer des missions en orbite autour de la planète rouge, tandis que la Chine se prépare à lancer son premier rover sur Mars plus tard ce mois-ci.

Les EAU – une collection de cheikhs mieux connus pour ses gratte-ciel, ses îles en forme de palmier et ses méga attractions – font maintenant pression pour rejoindre leurs rangs dans ce qui sera une première pour le monde arabe.

Il marquera le 50e anniversaire de son unification avec « Hope », un vaisseau spatial sans pilote qui devrait atteindre sa cible en février après avoir été lancé le 15 juillet depuis le centre spatial japonais de Tanegashima.

Alors que l’objectif de la mission est de fournir une image complète de la dynamique du temps dans l’atmosphère de Mars et d’ouvrir la voie à des percées scientifiques, la sonde est le fondement d’un objectif beaucoup plus vaste: construire un établissement humain sur Mars au cours des 100 prochaines années.

Dubaï a engagé des architectes pour imaginer à quoi pourrait ressembler une ville martienne et la recréer dans son désert sous le nom de « Science City », pour un coût d’environ 500 millions de dirhams (135 millions de dollars).

Les Émirats arabes unis, riches en pétrole, ont construit un programme électronucléaire et envoyé un homme dans l'espace, et prévoit maintenant de rejoindre un autre eli

Les Émirats arabes unis, riches en pétrole, ont construit un programme d’énergie nucléaire et envoyé un homme dans l’espace, et prévoit maintenant de rejoindre un autre club d’élite en envoyant une sonde sur Mars

Et en septembre dernier, Hazza al-Mansouri est devenu le premier émirati dans l’espace, faisant partie d’un équipage de trois membres qui a décollé d’une fusée Soyouz du Kazakhstan, rentrant chez lui après une mission de huit jours au cours de laquelle il est devenu le premier Arabe à visiter le Station spatiale internationale.

« Nos grands-parents ont suivi les étoiles au cours de leurs voyages afin de construire leur gloire. Aujourd’hui, nos enfants les regardent pour construire leur avenir », a déclaré mardi le souverain de Dubaï Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum dans un tweet.

Position mondiale

La jeune nation du Golfe – dont l’influence s’étend au Yémen, à la Corne de l’Afrique et à la Libye – espère élever son statut d’acteur régional clé, en s’appuyant sur son succès à s’établir comme centre de tourisme, de banque et de services malgré un ralentissement économique dernières années.

Malgré les critiques de son implication dans le conflit au Yémen, qui s’est transformé en bourbier pour la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis ont élevé leur position avec des mesures comme l’accueil de la première visite papale dans la péninsule arabique et devenir le premier pays arabe à feu vert une centrale nucléaire.

Les Émirats arabes unis marqueront le 50e anniversaire de leur unification avec "Espérer"—Un vaisseau spatial sans pilote devrait atteindre son goudron

Les Émirats arabes unis marqueront le 50e anniversaire de leur unification avec « Hope » – un vaisseau spatial sans pilote qui devrait atteindre sa cible en février après avoir été lancé le 15 juillet depuis le centre spatial japonais de Tanegashima

Et au cours des dernières décennies, il est devenu une plaque tournante pour les jeunes Arabes qui aspirent à construire une carrière professionnelle et à élever des familles dans un environnement sûr, dans une région trop souvent touchée par la guerre et les crises politiques.

Pour un pays qui trace une voie au-delà de l’industrie pétrolière sur laquelle il s’est construit, l’exploration fait partie d’une stratégie à long terme.

« Les EAU ont compris que l’espace est très important pour notre développement et notre durabilité. C’est une passerelle vers l’avenir », a déclaré à l’AFP Mohammed al-Ahbabi, directeur général de l’Agence spatiale des EAU.

Sarah al-Amiri, 33 ans, directrice adjointe du projet de la mission et également ministre d’État des Émirats arabes unis pour les sciences avancées, a déclaré que le voyage sur Mars est « un message d’espoir pour la région, pour donner un exemple de ce qui est possible si nous prenons la talent des jeunes et les utiliser positivement, voilà ce qui est possible « .

« Nous travaillons sur l’investissement dans notre secteur spatial depuis plus de 15 ans … il s’agit de faire en sorte que ce talent soit développé pour le reste de la région », a-t-elle déclaré à l’AFP de Tokyo.

Un modèle d'un projet précédent, KhalifaSat, le premier satellite entièrement construit aux EAU par des ingénieurs locaux

Un modèle d’un projet précédent, KhalifaSat, le premier satellite entièrement construit aux EAU par des ingénieurs locaux

À l’approche de la mission sur Mars, les Émirats arabes unis ont annoncé qu’ils ouvriraient leurs portes aux Arabes de la région pour participer à un programme spatial de trois ans.

« Ils peuvent venir acquérir de l’expérience et être les vecteurs de changement pour toute la région. Nous ne pouvons pas dire que cette région est volatile et rester passive à ce sujet », a déclaré Amiri.

« Les gens veulent de la stabilité, veulent des opportunités », a-t-elle ajouté.

Le Centre spatial Mohammed Bin Rashid (MBRSC), qui a dirigé le projet Mars sur lequel quelque 450 personnes ont travaillé, dont plus de la moitié sont émiraties, est en effervescence.

« Cette mission montre que c’est quelque chose dont nous ne rêvons pas normalement … mais comprendre que ces opportunités sont là », a déclaré Mohsen al-Awadhi, ingénieur en chef des systèmes de mission.

Faits: une sonde émirienne «Hope» se dirige vers Mars

La première mission spatiale arabe sur Mars devrait décoller le 15 juillet pour démêler par-dessus la dynamique météorologique de l’atmosphère de la planète rouge.

La sonde sans pilote nommée Al-Amal – Arabic for Hope – doit décoller d’un centre spatial japonais, marquant la prochaine étape de l’ambitieux programme spatial des Émirats arabes unis.

Voici quelques faits et chiffres sur le projet de la nation riche en pétrole, qui s’inspire de l’âge d’or des réalisations culturelles et scientifiques du Moyen-Orient.

Plans hors normes

Les Émirats arabes unis, composés de sept émirats, dont la capitale Abu Dhabi et Dubaï en roue libre, ont neuf satellites opérationnels en orbite et prévoient d’en lancer huit autres dans les années à venir.

En septembre, il a envoyé les premiers émiratis dans l’espace – Hazza al-Mansouri, qui faisait partie d’un équipage de trois membres. Ils ont décollé d’une fusée Soyouz du Kazakhstan, rentrant chez eux après une mission de huit jours au cours de laquelle il est devenu le premier Arabe à visiter la Station spatiale internationale.

Mais les ambitions des Émirats arabes unis vont bien au-delà, dans le but de construire un établissement humain sur Mars d’ici 2117.

Entre-temps, il prévoit de créer une «Cité des sciences» au dôme blanc dans les déserts à l’extérieur de Dubaï, pour simuler les conditions martiennes et développer la technologie nécessaire pour coloniser la planète.

Dans le cadre d’une stratégie spatiale nationale lancée l’année dernière, les Émirats arabes unis envisagent également de futurs projets miniers au-delà du tourisme terrestre et spatial, et ont signé un protocole d’accord avec la société de tourisme spatial de Richard Branson, Virgin Galactic.

Le voyage de l’espoir

La prochaine étape importante est le lancement de la sonde « Hope », qui, selon les responsables, est conçue pour inspirer la jeunesse de la région et ouvrir la voie à des percées scientifiques.

La sonde de 1350 kilogrammes (2970 livres), de la taille d’un SUV, devrait décoller du centre spatial de Tanegashima au Japon le 15 juillet, mais avec une fenêtre de lancement qui court jusqu’au début du mois d’août, en fonction de variables telles que la météo.

Il faudra sept mois à Hope pour parcourir les 493 millions de kilomètres (307 millions de miles) vers Mars, à temps pour marquer le 50e anniversaire de l’union des émirats en 2021.

Une fois en orbite, une boucle prendra 55 heures à une vitesse moyenne de 121 000 km / h, tandis que le contact avec le centre de commandement et de contrôle des Émirats arabes unis sera limité à six à huit heures deux fois par semaine.

La sonde restera en orbite pendant toute une année martienne – 687 jours.

Étudiez et inspirez

Trois instruments montés sur la sonde fourniront une image complète de l’atmosphère de Mars tout au long de l’année martienne.

Le premier est un spectromètre infrarouge pour mesurer la basse atmosphère et analyser la structure de la température.

Le second est un imageur haute résolution qui fournira des informations sur les niveaux d’ozone. Et le troisième, un spectromètre ultraviolet, est réglé pour mesurer les niveaux d’oxygène et d’hydrogène à une distance allant jusqu’à 43 000 kilomètres de la surface.

La compréhension des atmosphères des autres planètes permettra une meilleure compréhension du climat de la Terre, selon les responsables.

Mais le projet vise également à inspirer une région trop souvent assaillie par les bouleversements, et à rappeler l’apogée des avancées scientifiques du Moyen Âge.

« Les Emirats arabes unis voulaient envoyer un message fort aux jeunes arabes et leur rappeler le passé, que nous étions auparavant générateurs de connaissances », a expliqué à l’AFP Omran Sharaf, chef de projet de la mission.


La première mission arabe sur Mars conçue pour inspirer les jeunes


© 2020 AFP

Citation: Les yeux rivés sur les étoiles: les EAU sur Mars sondent une première pour le monde arabe (2020, 10 juillet) récupéré le 10 juillet 2020 sur https://phys.org/news/2020-07-eyes-stars-uae-mars-probe. html

Ce document est soumis au droit d’auteur. Hormis toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.